Pap’s et Oh my Pop, se rassembler pour mieux se développer

L’Agroalimentaire lot-et-garonnais a toujours un bel avenir devant lui. Situés sur le site de l’acropole, les entreprises Pap’s et moi, spécialisée dans les chips, et Oh my Pop, dans le pop-corn, ont décidée de se réunir en un même lieu pour passer une nouvelle vitesse dans leur développement.

0 Shares

L’union fait la force… Mais aussi le goût. Entre Cyril Rouffet, de l’entreprise Pap’s et moi qui produit des chips bonnes pour la santé, et Damien Martincigh, fondateur d’Oh my Pop, le pop-corn d’Agen, l’association s’est rapidement révélée comme une évidence. Cyril Rouffet s’est installé depuis peu sur un nouveau site de production qu’il partage avec les entreprises Granabio et Quidev. « Avant d’arriver ici, j’étais dans un autre local de 100 m2 », explique Cyril Rouffet, « sauf que le local était petit. J’avais besoin d’investir pour cesser d’avoir recours à la sous-traitance de certains aspects de la production pour faire avancer l’entreprise et gagner en rentabilité. » Ainsi, Pap’s rejoint les deux autres entreprises dans un nouveau local de 6 000 m2, appartenant auparavant à la STEF.
En juin de l’année passée, Cyril Rouffet développe sa ligne de production sur 1200m2 en faisant l’acquisition de nouveau matériel. En parallèle, il commence à travailler avec Damien Martincigh. « Nous avions les mêmes valeurs telles que produire français, nos produits étaient déjà côte à côte dans les magasins… » Ainsi se développe une « synergie » sur une idée de pépinière dans la pépinière. Dans un contexte compliqué pour les petites entreprises, cette collaboration des deux start-ups se révèle déjà gagnant-gagnant pour les deux lot-et-garonnais.

Mutualiser pour étoffer

«  Le but de notre arrivée ici c’est vraiment le partage des idées et même de tout, les charges fixes par exemple. En tant que petites structures, on ne peut pas se permettre d’embaucher à tout-va donc on essaie de voir ensemble pour amorcer des emplois en partagé et de voir dans le temps si on peut embaucher individuellement », poursuit Damien Martincigh.
En plus de ce partage qui comprends aussi les matières premières, les stocks voire même les emballages que chacun peut désormais exploiter selon la demande, les deux entreprises profitent mutuellement des avancées de l’autre. « Par exemple, je voulais développer le pop-corn salé, mais ne pouvais pas spécialement investir », continue le fondateur de Oh My Pop. « A travers Paps, j’ai accès à une machine d’aromatisation pour faire des test et voir si cela fonctionne ». De l’autre côté Cyril Rouffet, envisage de développer la distribution de ses différentes chips dans les cinémas où est sont déjà implantés les produits Oh My Pop.
« à terme, nous souhaiterions être sous une bannière Apéro du Sud Ouest, en lien pourquoi pas avec d’autres entreprises de l’Agropole », avance Cyril Rouffet. « Une offre complète, clé en main pour les distributeurs ».

Une gamme en constant développement

Pap’s se présente comme la spécialiste des chips saines, cuites sans fritures. Petit à petit et fort de son nouveau mode de fonctionnement, Cyril Rouffet entend continuer son développement. « Historiquement, on ne faisait que des chips à base de légumes où nous avions trois recettes. Aujourd’hui, nous en sommes à six recettes différentes de chips sans friture. »  Chips au fromage aux fines herbes épicé, paprika et barbecue…Tout est 100% français et transformé chips avec un nutriscore A. Désormais, s’ajoutent à ces six recettes une toute nouvelle gamme de chips de pois chiches : poivre et sel, crème et oignon, chorizos et vinaigre. Et du côté d’Oh My Pop va se développer de nouvelles saveurs salées qui viendront s’ajouter au caramel beurre salé, à l’étonnant Caramel Curry et au pop-corn sucré classique. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 + = 14