Avec des objectifs aux antipodes, le SUA et l’USM se font face

La semaine passée, le SUA a réalisé un bon coup en s'imposant à Massy. Dans la course qui les emmène jusqu'aux phases finales, les Agenais devront assumer leur statut contre Montauban vendredi à 19h30, qui viennent eux, pour jouer leur survie en Pro D2.

0 Shares

A l’aube du printemps et de la fin de saison, chaque victoire, chaque point et chaque petite bataille seront difficiles à l’emporter, telle est la leçon que nous a donnée le SUA LG, contre Massy la semaine dernière. Malgré sa difficile position de lanterne rouge au classement, les Franciliens ont donné du fil à retordre contre des Agenais à deux visages, aussi efficaces que bousculés. Rapidement devant par la botte de Thomas Vincent et d’un superbe essai d’Harry Sloan, conclu au terme d’un beau mouvement entre les lignes, le SUA s’est vu remonter et a même douté. Finalement, le manque d’expérience de Massy et l’apport du banc ont permis de sécuriser un précieux succès dans la course aux barrages. Une bonne opération compte tenu des défaites de Grenoble, Mont-de-Marsan et Biarritz. Ainsi, les Lot-et-Garonnais remontent à la 3ème place du classement, à trois points du dauphin grenoblois.

De l’épineuse gestion de l’effectif

Le contexte, la période et le nombre de matchs restants amènent naturellement à se demander comment le manager agenais Bernard Goutta compte gérer les forces en présence, alors que les barrages font figure d’objectif. Pour ce dernier, la rotation est de mise, mais elle n’implique pas une diminution de niveau. « Bien sûr qu’il y aura des rotations et des changements d’équipes, mais à chaque fois pour aller bagarrer. Là, par exemple, l’équipe qui affrontera Montauban sera relativement différente de celle qui se présentera à Oyonnax, mais cela sera costaud à chaque fois. » Le SUA jouit d’un riche effectif, ce qui a fait sa force jusqu’ici, récupérant des victoires malgré les changements d’une semaine à l’autre. « Tout le monde veut se mettre en évidence actuellement et la concurrence fait rage, mais on profite du groupe avant que les meilleurs ne jouent ensemble à la fin. Encore aujourd’hui, tout le monde peut avoir la chance de porter ce maillot », estime le Catalan.

Une double préparation

Si Agen souhaite maintenir sa courte avance sur ses opposants et essayer d’accrocher une deuxième place au classement, du côté de Montauban, c’est tout autre. Les Tarnais sont plus que jamais en difficulté et frôlent la correctionnelle en étant relégables à six journées de la fin du championnat. Un derby à enjeu pour eux aussi, devant impérativement retrouver des points dans les plus brefs délais. Un piège dans lequel les « Bleu et Blanc » ne devront pas tomber. « C’est une double préparation, à la fois pour préparer le derby, par rapport à ton histoire ta culture et ton territoire, mais aussi pour conserver ta place dans le top six. C’est là où il va falloir être très fort, car il faudra se concentrer sur ces deux aspects, sans pour autant s’y perdre. » Le contexte est particulier, d’autant plus que les Agenais s’étaient inclinés pour un point au match aller. Un premier rendez-vous qui avait fait du bruit en interne, le seconde ligne montalbanais Maselino Paulino ayant été suspendu neuf semaines à la suite d’un geste de brutalité contre Clément Martinez. « On n’a pas oublié », laisse entendre Bernard Goutta.

Vie de groupe :

Le point sur l’infirmerie

C’est l’épilogue des dernières semaines et même des derniers mois. L’infirmerie connaît les va-et-vient des suavistes. Actuellement, Valentin Gayraud et Elton Jantjies attendent de passer des examens après avoir subi des KO contre Massy. Malik Hamadache et Clément Guarrigues ne devraient pas être disponibles avant plusieurs semaines. Le SUA pourra tout de même compter sur les importants retours de Mathieu Lamoulie et d’Arnaud Duputs.

A la recherche d’un N°13 pour la prochaine saison ?

« Le recrutement est fini pour le moment ». Cette affirmation de Bernard Goutta interpelle quelque peu. Pour lui, la plus grande partie du mercato a consisté à prolonger un maximum de joueurs pour poursuivre un projet de groupe intact. « Le plus gros du recrutement a été fait la saison passée. On a cherché des joueurs avec de l’expérience, une méthodologie, un savoir et de nombreuses valeurs et capacités à transmettre au groupe. » Seule exception, en cas de besoin, le club s’autorise à aller « chercher un poste 13 de métier ». « Le 13 est un régulateur défensif, autant qu’il est un dynamiteur en attaque pour atteindre les ailes ou son arrière. Pour moi, c’est le poste le plus important sur la ligne de trois-quarts. » Affaire à suivre donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

81 − = 75