Agen : Encore un coup de maître pour le championnat d’échecs

Le Championnat de France d’échecs des Jeunes 2023 a pris place pour la quatrième fois à Agen. Du 23 au 30 avril, près de 1700 enfants espéraient prendre la tête du championnat.

0 Shares

Plus de mille enfants dans l’Aréna, grande salle du centre des congrès et un silence comparable à celui d’une cathédrale. Difficile à croire… Pourtant, près de 1700 enfants ont disputé environ 7000 parties d’échecs dans un silence total lors du Championnat de France d’échecs des Jeunes 2023. Cela s’est passé à Agen du 23 au 30 avril. L’évènement était co-organisé par la Fédération Française des Échecs (FFE), l’association l’Echiquier Agenais et la ville d’Agen qui ont co-signé une convention pour renouveler l’événement jusqu’à 2024. Pour Christophe Darrort, président de l’association Echiquiers Agenais, « nous avons à Agen une infrastructure magnifique. Une ville moyenne qui a un parc des expositions disponible pour faire ça, il n’y en a pas de milliers en France. Des grandes villes oui, voire plus, mais peu de villes de notre taille. Et c’est ce que la FFE recherche ». Deux grandes salles accueillent les rondes durant lesquelles s’affrontent les joueurs. Dans la première, ce sont les plus petits qui se concentrent pour gravir le classement. Ils ont de 5 à 10 ans et ne font pas le moindre bruit.
« Toi tu fais de ton mieux, je ne vais pas te disputer ». La maman de Louis-Marie, 8 ans, l’encourage avant la seconde ronde de la journée. Au deuxième jour du championnat, il est 3ème au classement de Bourgogne et 70ème au national. « Je suis fier, je m’attendais à être vers les 80 ». Et il peut l’être, fier, d’autant plus que c’est son premier championnat. Comme beaucoup d’autres, il vient de loin. Mathéo, 17 ans, vient de Nantes. Pour lui, ce championnat « c’est plus histoire de s’amuser, de ne pas se prendre la tête ». Pourtant, il a dû trouver de quoi se loger tôt : « avec ma mère, on s’y est pris 6 mois à l’avance ». D’après Christophe Darrort, suivre son enfant en compétition, c’est un budget. Cela peut parfois aller de 1000 à 1400 euros. Il faut compter le logement, le coût de l’essence et celui de l’alimentation, le tout additionné aux frais d’inscription du championnat. Pour cette dernière dépense, les familles doivent débourser de 50 à 60 euros.

« Chaque année nous nous améliorons »

Depuis cette année, les meilleurs joueurs sont sur un podium en fond de salle. Leur partie est retransmise en direct sur internet avec des échiquiers connectés. Une autre nouveauté : un marché local a été mis en place. Pour Christophe Conte, directeur du Parc des Expositions et Centre des Congrès d’Agen, « quand ils viennent, les gens ne font pas toujours du tourisme donc on leur amène le tourisme ».
Le président de l’Echiquier Agenais affirme : « Pour l’année prochaine, nous avons pleins d’idées ». Même si les changements ne sont pas définis, il parle de la volonté d’améliorer l’espace d’exposition ou de mettre en place des espaces de jeu et de sport plus vastes, essentiel pour ces jeunes qui passent entre 1h30 et 4h à disputer leurs matchs avec une concentration extrême.
Cela représente toute une organisation de rassembler autant de monde. Le championnat est le fruit du travail des 150 bénévoles de plusieurs associations qui veillent au bon déroulement du championnat.

« C’est une véritable exposition de la stratégie »

Pendant la compétition, le travail des jeunes ne se limite pas à la durée des rondes. Ils sont suivis par leurs entraineurs avant et après. Dans une zone où seuls les joueurs et leurs coachs peuvent rentrer, et on y veille de très près, les enfants regardent qui est leur prochain adversaire et établissent une stratégie pour la partie à venir. Ensuite, les parties seront analysées, toujours en compagnie des coachs. Juliette, 17 ans, indique que l’entraineur est même venu avant le championnat chez elle pour la préparation. « Plus on grandit et moins il y a de filles ». Elle a choisi de concourir dans la catégorie U18F, c’est-à-dire celle des filles âgées de 17 à 18 ans. Ces dernières ont également la possibilité d’affronter des garçons dans les catégories mixtes mais peu d’entre elles le font. Cette année, parmi les U20 féminines, Elena Destic, joueuse de l’Echiquier Agenais, a atteint la seconde place du podium. Naomi et Emma sont aussi de l’association. Elles jouaient en U08F et se sont toutes les deux positionnées en tête du classement de Nouvelle-Aquitaine. Christophe Darrort le dit : « On est très content. C’est le résultat de tout notre travail ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

94 − 87 =