C’est maintenant ou jamais !

Le SUA LG entre ce vendredi à 21h dans "l'autre" partie du championnat de Pro D2 : celle des phases finales. Sur la pelouse d'André-et-Guy-Boniface, contre Mont-de-Marsan, les Agenais ne partiront pas dans la peau du favori, mais auront gros à gagner.

0 Shares

« J’ai l’impression que cette saison a duré trois ans. » Le troisième ligne du SUA Antoine Erbani n’a pas forcément tort, tant son équipe aura connu des péripéties cette saison, alternant entre les riches succès et les défaites éreintantes. « Jouer le top six, c’est usant, d’autant plus que notre qualification n’est pas banale », poursuit-il. En effet, rares sont les équipes à se qualifier pour les phases finales après avoir concédé six défaites à domicile avant. Vendredi dernier, les Lot-et-Garonnais ne se sont même pas permis d’aborder la fin de saison de la meilleure des manières. Ils ont tout bonnement été surclassés par des Biterrois pourtant sans grand objectif avant la rencontre, si ce n’est de finir avec les honneurs sur leur pelouse. 22-0 à la mi-temps, 41-14 à la fin du temps réglementaire, l’opposition agenaise était aux abonnées absentes. Une drôle de manière de terminer la saison régulière, qui a pourtant vu le SUA s’offrir de grandes victoires en dehors d’Armandie. En tout cas, c’est bien loin de la pelouse agenaise qu’il faudra défendre ses couleurs en phase finale. L’espoir de voir les Agenais remonter aux 3ème et 4ème places était mince et la défaite l’a rapidement balayée. Mont-de-Marsan, de son côté, a contrôlé sa rencontre face à Rouen, terminant sur la dernière place du podium au classement. Agen étant 6ème, c’est donc un derby qui se profile en barrage ce vendredi.

Le Stade Montois et son expérience

Si Agen a tiré le gros lot pour éviter de longues heures de route à ses supporters, ce n’est pas forcément le cas identique sur le point de vue sportif. Le Stade Montois sort d’une finale de Pro D2 l’an passé. Une expérience que souligne le manager suaviste Bernard Goutta. « L’expérience, c’est clairement leur force. Ils ont des joueurs qui connaissent les phases finales, avec une superbe épopée l’an dernier. » Pour autant, le SUA n’est pas en manque de victoires contre Mont-de-Marsan cette saison, mais une nouvelle fois, Bernard Goutta met en garde. « C’est bien de les avoir battus deux fois, mais il faut se souvenir. L’année dernière ils avaient battu Bayonne à deux reprises en phase régulière, mais avaient finalement perdu contre eux en finale, donc rien n’est acquis pour nous, comme pour eux. » De l’autre côté des barrages, Nevers (4ème) recevra Vannes (5ème) en ouverture des phases finales ce jeudi.

Un moment spécial

Il est certain que du côté des joueurs, on est ravi de retrouver les phases finales, mais pour Antoine Erbani, cet acquis a une saveur encore plus spéciale. « Retrouver les phases finales avec le SUA me rend très fier, surtout quand on sait d’où le club vient les dernières années. Je préfère voir mon club de cœur dans ce genre de position. J’ai plus de facilité à défendre ces couleurs que d’autres. Porter le maillot d’Agen, c’est spécial, alors on va tout donner », confirme-t-il. André-et-Guy-Boniface sera-t-il le théâtre d’un exploit ou la saison agenaise s’arrêtera là, réponse vendredi.

Vie de groupe

Près de 2600 Agenais à Mont-de-Marsan 

La proximité entre les deux villes permettra aux supporters des « Bleu et Blanc » de venir soutenir en masse leur équipe favorite. Pour ce faire, le SUA dispose de 2600 places, dont 1700 en tribune et 900 en pesage. La vente des billets, uniquement ouverte sur place au guichet du stade Armandie, a commencé samedi pour les abonnés, et dimanche jusqu’à mardi pour le grand public. Si la fan zone d’Armandie, qui a permis aux Agenais de suivre le match de leur équipe contre Béziers, ne devrait pas être renouvelée, le club a tout de même réfléchi à l’organisation de trajets en bus pour rallier les Landes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 26 = 33