Lot-et-Garonne : À Astaffort, de l’énergie 100% locale et renouvelable

D'ici à 2030, la région Nouvelle-Aquitaine souhaite atteindre 30% de gaz vert dans ses réseaux. Un objectif auquel participe depuis 2021 la famille Fuchs à Astaffort grâce à son unité de méthanisation, Pouchiou Énergies.

0 Shares

 «  C’est l’occasion de faire toucher du doigt ce qu’est le processus de création d’une énergie 100% locale et 100% renouvelable ». Le 12 mai dernier, GRDF, Régis Levadoux, conseiller collectivités territoriales pour le groupe, ouvraient les portes d’une unité de méthanisation, gérée par la famille Fuchs, Pouchiou Energie à Astaffort. Pour l’occasion avaient été conviés Frédéric Péchavy, le président de la Chambre de commerce et de l’industrie, Jean-François Blanchet président de la Chambre des métiers et de l’artisanat, le député Michel Lauzzana, les maires d’Astaffort, Paul Bonnet, de Moirax, Henri Tandonnet, le président de l’Association des maires ruraux Gilbert Guérin et la direction d’Agro Campus 47 qui gère les lycées agricoles du département. 

L’unité de méthanisation de Pouchiou Énergies produit, grâce à l’exploitation agricole de la famille Fuchs et ses 470 vaches laitières, près de 9 GWh de gaz vert, soit 100m3 par heure, soit l’équivalent de près de 150 % de la consommation de gaz de la commune d’Astaffort, ou de 2250 logements neufs chauffés au gaz ! Le site, pour lequel les investissements s’élèvent à environ 4M€, financés en partie par la région Nouvelle-Aquitaine et l’ADEME, acteurs engagés dans la réalisation d’un scénario 100% gaz vert.

12 000 tonnes de déchets valorisées

Première unité de méthanisation agricole en injection sur le département, l’unité de Pouchiou est d’autant plus exemplaires, qu’au départ, l’injection dans les réseaux de gaz comme une voie de valorisation de l’énergie produite n’avait pas été imaginée. Elle permet à elle seule de valoriser 12 000 tonnes de déchets agricoles produits par l’exploitation (lisier, fumier, eaux usées..) et qui constituent 90% des intrants de l’unité. Une fois le biogaz produit, le digestat, résidu de la matière organique, sert d’engrais naturel pour les terres agricoles en substitution des engrais chimiques. 

Pour GRDF, « dans le contexte actuel, ce projet démontre que la méthanisation contribue à la résilience des territoires, autant d’un point de vue agronomique qu’énergétique. Il s’inscrit pleinement dans la trajectoire de verdissement du gaz, qui contribue à l’indépendance énergétique de la France, à la décarbonation de notre modèle énergétique et à l’économie circulaire des territoires. » Un projet qui s’inscrit dans l’objectif ambitieux de la Région Nouvelle-Aquitaine d’atteindre 30% de gaz verts dans les réseaux en 2030, en grande partie grâce à des projets de méthanisation agricole tel que celui de la famille Fuchs à Astaffort. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 64 = 66