Lot-et-Garonne : pour les sénatoriales, EELV sera représenté par Maryse Combres et Paul Vo Van

Dernière candidature en date, Maryse Combres, accompagnée de Paul Vo Van, se lance dans l'aventure des élections sénatoriales sous la bannière Europe Ecologie Les Verts. L'objectif ? Apporter sa voix pour défendre le territoire rurale du Lot-et-Garonne.

0 Shares

« La transition écologique ne peut que partir des territoires. » Si Maryse Combres affirme ses propos avec conviction, elle ne veut pour autant pas tomber dans « la caricature du candidat écologiste ». Celle qui cumule les postes de conseillère régionale, municipale et présidente de la fédération Flame (Fédération des agences Locales de maîtrise de l’énergie et du climat) se dit prête à travailler « avec tout le monde. Les enjeux sont trop importants pour ne pas prendre du recul afin d’aborder les problématiques ensemble », assure-t-elle. Car si Maryse Combres lorgne sur un poste de sénatrice, c’est bien pour faire remonter lesdites problématiques locales au palais du Luxembourg. « Je pense qu’aujourd’hui, l’ensemble des politiques publiques menées et qui touchent les territoires ruraux, ne les servent pas totalement. Je pense que le Sénat est un bon moyen d’être force de proposition pour nos territoires, quant à leurs exigences. » Exigences qu’elle estime d’ailleurs variées au sein même du 47. « En étant conseillère régionale d’un territoire aussi rurale, on rencontre plein de personnes et de problématiques, mais cela implique aussi de la diversité. Les exigences et besoins des uns ne sont pas forcément ceux des autres. Il faut bien comprendre que les décisionnaires ne peuvent pas prendre en compte à eux-seuls tous les cas de figure ».

Donner les moyens de ses ambitions

Toutefois, la candidate tient à rappeler l’ensemble des actions pour lesquelles elle œuvre, preuve que son engagement ne date pas d’hier et ne commencera pas à partir d’une hypothétique arrivée au Sénat. « L’action ne débute pas avec un mandat de sénateur, et d’ailleurs, ne pas être élu quelque part n’empêche aucune action. Je suis en permanence en train de travailler à plusieurs échelons. Par exemple, j’ai mis en place des Tepos (Territoire à énergie positive), un dispositif qui tend vers l’autonomie énergétique de notre territoire ». Se décrivant comme une acharnée de travail, la candidate estime mener une action à part de toutes représentations politiques, « parce qu’il faut défendre l’écologie à tous les niveaux. » Pour cela, elle attend de moyens supplémentaires pour les élus locaux : « Je suis admirative des maires ruraux, au vu de leurs nombreuses responsabilités comparées au peu de revenus qu’ils ont. Il faut leur donner les moyens d’engager de véritables transitions, notamment pour mettre en œuvre quelque chose de cohérent sur le désert médical. On a besoin de mettre tous les acteurs autour d’une table pour travailler », affirme-t-elle. « J’ai accepté d’accompagner Maryse parce que c’est une élue de dossier qui a une grande expérience et j’espère lui apporter mon expertise sur un plus petit terrain », ajoute quant à lui Paul Vo Van, élu du parti EELV en Lot-et-Garonne. Le temps avant les élections de septembre se faisant pressant, le duo va envoyer un courrier à l’ensemble des maires du Lot-et-Garonne pour expliquer ce qu’ils défendent et comment ils fonctionnent. « Nous les invitons à nous solliciter pour la moindre question », terminent-ils.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 23 = 26