Lot-et-Garonne : Le plus long réseau de chaleur biomasse du 47 est entré en service à Aiguillon 

Jeudi dernier, les équipes de Territoire d’Energie Lot-et-Garonne, l’ADEME et la ville d’Aiguillon ont inauguré , en présence de M. Barnier, Préfet de Lot-et- Garonne, le plus long réseau de chaleur biomasse du département qui alimentera 11 bâtiments public en eau chaude. 

0 Shares

 La mairie, le cinéma, l’espace jeunes, les écoles Curie et Pagnol, la caserne de pompiers, l’Ehpad, la cité scolaire Stendhal, les locaux de la communauté de communes…Autant de bâtiments public d’Aiguillon qui vont pouvoir profiter du plus long réseau de chaleur biomasse du Lot-et-Garonne. Inauguré jeudi dernier à Aiguillon en présente du Préfet Daniel Barnier après deux ans de travaux, le projet porté par Territoire d’énergie 47 et l’Agence de la transition écologique (Ademe) aura été un investissement de 2,5M€ partagé entre TE 47 et l’ADEME via le fond chaleur. Le site est composé d’un bâtiment à usage de chaufferie et d’un silo de 420 m 3 de stockage de plaquettes forestières.

Le développement des réseaux de chaleur urbaine 

La ville d’Aiguillon est membre de la Communauté de Communes du Confluent et des Coteaux de Prayssas qui est engagée depuis 2018 dans une démarche de Territoire à Energie Positive. Dans ce cadre, la Communauté de Communes développe et accompagne des projets visant à réduire les consommations énergétiques et développer la production d’énergies renouvelables. « Cette inauguration revêt une importance particulière dans le cadre de la massification de l’utilisation de la chaleur renouvelable, sur le territoire. Elle est emblématique de la valorisation des ressources du département dans la diminution des émissions de gaz à effets de serres et la lutte contre le dérèglement climatique » a souligné Jean-Marc Causse, président de Territoire d’énergie 47 et maire d’Aubiac. 
Cette chaudière biomasse de 1 000 kW alimente plus de 90% des besoins des consommateurs raccordés sur les 1,5 km du réseau de chaleur déployé. Cette source d’énergie renouvelable permet de substituer plus de 2 200 MWh d’énergie fossile et d’éviter l’émission de 900 tonnes de CO2 par an. La chaleur est produite à partir de bois local avec de la plaquette forestière issue d’un rayon de 50km maximum et consomme 1000 tonnes de bois par an. 

3 projets en exploitation et 7 à venir 

Et TE 47, l’Ademe et l’État n’entende pas s’arrête en si bon chemin dans le département. 3 communes bénéficient déjà de chaudières biomasse en exploitation : Lagarrigue, Castillonnès et Aiguillon. Mais il y a encore du chemin à faire pour atteindre les objectifs nationaux qu’à rappelé Daniel Barnier. « L’État vise 33 % d’énergies renouvelables dans la consommation énergétique globale. Actuellement nous sommes seulement autour de 20%. » 
7 projets sont donc encore sur la table. 3 sont en cours de réalisation : Damazan à base de géothermie, Monflanquin, Montagnac-sur-Lède et 4 sont en études : Villeréal, Port-Sainte-Marie, Castelmoron et Cancon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

41 + = 42