L’AgroCampus 47, voie royale vers le monde agricole, mais pas que !

Il n'y a pas deux offres comme celle l’AgroCampus en Lot-et-Garonne. De par ses quatre sites étalés dans le département et la diversité de son enseignement, aussi bien général que technologique et professionnel, l'AgroCampus 47 est expert sur de nombreux secteurs de formation, bien au-delà des filières agricoles.

0 Shares

Si avec la formation et l’insertion, l’éducation nationale se targue d’avoir deux missions, à l’AgroCampus 47, on a décidé d’ajouter à cela trois objectifs : la participation à l’animation du territoire (activités sportives, culturelles et la mise en place de projets avec les filières professionnelles en collaboration avec les différentes collectivités), la mission de coopération internationale (de nombreux étudiants partent à l’étranger pour un semestre ou plus), et enfin, l’expérimentation et l’innovation, à l’aide de ses exploitations agricoles. Voilà tout le dispositif pour mieux comprendre l’organisation de l’enseignement agricole porté par l’AgroCampus 47, cette entité issue du regroupement de lycées, centres de formation pour apprentis et centres de formation continue pour adulte, dispersés à Nérac, Tonneins, Sainte-Livrade-sur-Lot et Villeréal. « On retrouve rarement une organisation similaire dans un autre établissement. C’est notre force, du lycée à notre CFA et ses 480 apprentis, jusqu’à la formation d’ingénieur », assure André Chanfreau, directeur de l’AgroCampus 47. En somme, un véritable établissement départemental référencé par l’Etat dont les quatre sites ont chacun leur spécificité et internats. En voici quelques détails et offres de formations.

Le campus de Saint-Livrade et ses nombreux débouchés

Sur un vaste terrain de Saint-Livrade se cachent le lycée Etienne-Restat et le CFA. Ici, on y trouve une filière de l’enseignement général, comme dans les lycées de l’éducation nationale, à laquelle s’ajoutent deux filières prépondérantes sur le territoire lot-et-garonnais : l’agroalimentaire et l’agriculture. « Nous avons des BTS très recherchés par les entreprises aujourd’hui. Parmi eux, le Bioqualim, le BTS MVAOE (Métiers du Végétal, Alimentation, Ornement et Environnement), ou encore le BTSA ACD (Agronomie et Cultures Durables). A noter que les détenteurs ces BTS sont préparés pour intégrer la formation ingénieure dans la suite de leur cursus », détaille Philippe Netto, directeur départemental du CFA agricole 47

Bien que cela soit la partie importante de l’AgroCampus, le lycée agricole ne veut pas forcément dire qu’il ne forme que dans ce secteur précis. » On a des jeunes qui intègrent des universités, des futurs juristes, avocats, des médecins, des informaticiens etc… Le lycée sonne souvent avec Bac, mais nous cela résonne aussi avec licence pro et ingénieur ».

D’ailleurs, les grandes écoles du paysage vétérinaire et de l’agronomie sont dirigées par le ministère de l’Agriculture. l’Etat référence un lycée agricole par département, avec une filière générale et scientifique qui permet d’accéder à ces grandes écoles et en Lot-et-Garonne, vous l’aurez compris, il est à Saint-Livrade. Un atout dans le catalogue des filières d’excellence de l’Agrocampus.

Le campus de Nérac, en quête de paysages

Entre le lycée Armand-Fallières et là aussi le CFA, le campus néracais est bien fourni. Deux filières professionnelles sont proposées : une filière hippique reconnue sur le territoire et une filière paysage historique qui se développe. Pour cette dernière, on parle de CAP, Bac Pro, Brevet Professionnel, CS et BTS. Une offre de formation très complète entre le lycée et le CFA qui sera complétée à la rentrée 2024 sur une formation supérieure qui n’existait pas dans le département : le BTS en aménagement paysager.

Au même titre que pour la formation d’ingénieur, chaque BTS peut préparer à une licence pro « Agronum » sur le site de Nérac. Une formation en rapport avec ce qui touche le numérique dans l’agriculture (domotique dans des serres, guidage GPS, utilisation des drones et robots sur les grandes cultures, cartographie…) « Aujourd’hui, le numérique dans l’agriculture, c’est « La » filière qui se développe à vitesse grand V. »

Le campus de Villeréal et son monde équestre

Ce centre de formation n’a pas tout simplement pas d’équivalent en Nouvelle-Aquitaine et a déjà fait sa renommée bien au-delà des limites du 47. A Villeréal, les apprentis se forment spécifiquement aux métiers du cheval. CAP palefrenier, en passant par un titre, un bac ou un brevet professionnel et BP JEPS (Spécialité Educateur Sportif mention activités équestre), en clair, un site reconnu et plébiscité dans le milieu.

Le campus de Tonneins où l’on voit plus loin

Entre le lycée Fazanis de Tonneins et son CFA, on retrouve trois spécificités : le service à la personne, le commerce et la production horticole. Autour de ces trois filières, il y a soit des CAP, soit des Bac pro. « La nouveauté ici, c’est que les Bac pro sont enseignés en mixage de public, on peut aussi bien être élève, qu’apprenti en alternance et évoluer d’un statut à un autre pendant le cursus. L’établissement dispose d’une organisation pédagogique réglée à ce fonctionnement, avantageant ainsi les élèves quant à leur choix de formation. » Encore une fois, une bonne illustration des ambitions et offres de l’Agrocampus, qui dépassent largement les frontières de l’agriculture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 30 = 39