Agen : Le nouveau réseau de chaleur urbain opérationnel au 30 novembre 2025

0 Shares

Un mariage de 24 ans désormais acté. Mercredi dernier, l’Agglomération d’Agen et l’entreprise Idex ont officiellement signé le contrat de conception et de gestion du réseau de chaleur urbain de l’Agglo. « C’est un projet long, complexe », a débuté Jean Dionis, présentant la future infrastructure. « Ce n’est pas une idée qui avait été jetée en l’air et elle aura nécessité 10 ans de travail. C’est l’un des projets les plus importants que nous ayons, mais, il faut le dire, un réseau de chaleur, c’est un projet qui peut sembler plus « ésotérique » qu’un train ou un pont pour les citoyens. » Alors, quésaco que ce réseau de chaleur urbain qui est sur toutes les lèvres depuis plusieurs semaines dans les rendez-vous de l’Agglomération ? Il s’agit d’abord d’un projet ambitieux qui participera à l’atteinte des objectifs environnementaux de l’Agglomération d’Agen. Pour rappel, la collectivité doit arriver à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 de 74% et de réduire ses déchets de 46%.

Se chauffer grâce aux déchets

Grâce au rachat de l’incinérateur du Passage d’Agen, la SOGAD, l’Agglomération va étendre un réseau de chauffage s’appuyant sur la combustion de nos déchets. « C’est l’un de nos projets les plus dimensionnants et de loin », a rappelé le premier édile. « Cela va nous permettre d’offrir une source d’énergie moins chère et plus stable. » Chaque année, l’usine de la Sogad gère plus de 25 000 tonnes de déchets domestiques provenant des foyers de l’Agglomération d’Agen qui incluent ceux que les résidents jettent dans leur poubelle après avoir trié les emballages, le papier et le verre, qui sont eux-mêmes recyclés différemment, ainsi que potentiellement les déchets alimentaires destinés au compostage. Prévu pour être opérationnel à partir du 1er octobre 2025, le réseau de chaleur s’étendra sur une distance de 15,8 kilomètres, visant à fournir une capacité de livraison de 41 GWh de chaleur annuellement. Ce réseau exploitera un mix énergétique composé à 84% de sources renouvelables et locales, notamment en récupérant la chaleur de l’incinérateur donc mais aussi en faisant de la récupération de chaleur auprès des industriels locaux à Agen comme Atemax, ainsi qu’une chaufferie de secours alimentée au biogaz. Avec une empreinte carbone exceptionnellement basse de 48 gCO2/kWh, l’une des plus basses du territoire, le futur réseau de chaleur de l’agglomération démontre une performance environnementale notable comparée à la moyenne nationale des réseaux, qui est de 116 gCO2/kWh.

24M€ d’investissements

Le réseau de chaleur approvisionnera à terme 53 bâtiments. Parmi les sites qui seront reliés au réseau de chaleur, on compte la préfecture du Lot-et-Garonne, le palais de justice, l’Hôtel du conseil départemental du Lot-et-Garonne, la Cité administrative, les deux sites d’Upsa (Gascogne et Guyenne), la clinique Esquirol, les lycées Palissy, de Baudre et Lomet, les collèges Chaumié, De Viau, Aunac et Dangla, le groupe scolaire Carnot, l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire (Enap), les locaux du 48e régiment de transmissions (RT), la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), la piscine Aquasud, ainsi que les bâtiments communaux des villes d’Agen et du Passage, en plus des maisons de retraite et des crèches. L’Agglo précise que cela représente l’équivalent de 4 000 logements qui seront connectés au réseau. Cette création va ainsi représenter un investissement de quasiment 24M€, un dossier « long terme » de l’Agglo qui aura nécessité une décennie de travail. « Nous avons tenu le cap pour ce projet », appuie Patrick Buisson.

« Des désagréments qu’il va falloir expliquer »

Comme tous les chantiers d’envergure, des désagréments vont être inhérents à son déroulement. Et ce, dès ce mois d’avril. À compter d’avril 2024 (jusqu’à mi-juin 2024), « Agen Chaleur Urbaine », société du groupe Idex, entreprend des travaux de développement du réseau de chaleur sur la commune de Le Passage d’Agen : Ce chantier impacte la circulation et le stationnement sur la voie sur Berges côté Passage d’Agen. Le long de la zone de travaux, la circulation sera mise en alternat. Les travaux seront réalisés en plusieurs phases afin de limiter la gêne occasionnée. Les accès secours et piétons seront maintenus.

Qui est la société Idex ?

Créé en France en 1963, le groupe IDEX, qui compte plus de 6 100 collaborateurs, se spécialise dans le développement, la conception, le financement, la construction et l’exploitation d’infrastructures énergétiques locales à faible empreinte carbone, fournissant chaleur et électricité aux bâtiments, aux villes et à l’industrie. Avec un chiffre d’affaires de 2,3 milliards d’euros en 2023, IDEX est le seul acteur du marché à être pleinement intégré verticalement sur l’ensemble de la chaîne de valeur des énergies locales. Il couvre ainsi la production d’énergie thermique ou électrique à partir de sources énergétiques locales et à faible empreinte carbone (telles que les déchets, la biomasse, la géothermie et le solaire), la distribution de cette énergie à travers des réseaux de chaleur et de froid, jusqu’à l’optimisation de son utilisation finale dans les bâtiments industriels, résidentiels et tertiaires. Selon Benjamin Frimeaux, « Nous disposons des ressources humaines et financières nécessaires pour réaliser un projet d’une telle ampleur ». Il souligne que leur collaboration a débuté avec le secteur agroalimentaire, caractérisé par des besoins énergétiques importants. Pour les projets liés aux territoires, tels que celui d’Agen, une enveloppe budgétaire de 1,5 milliard d’euros a été allouée à leur développement. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 46 = 51