Fumel-Vallée du Lot : la saison touristique n’a plus de secret

A bord de la Gabarre fuméloise, La saison estivale a été lancée sur les rives du Lot. C'est bien sur la rivière, ainsi que sur la présence exceptionnelle du passage du Tour de France dans le calendrier, que l'Office de Tourisme veut compter pour parfaire l'été des visiteurs.

0 Shares

Comme chaque année, l‘Office de Tourisme Fumel-Vallée du Lot reprend la barre de pilotage de la Gabarre afin de proposer aux touristes et administrés des promenades sur le Lot. Avec une fréquentation entre 1500 et 2000 personnes par saison, la Gabarre est un circuit touristique qui se veut « original et mythique », pour reprendre les termes de l’office. Et avec la nomination de Sophie Gargowitsch à la tête de l’institution Fumel-Vallée du Lot les élus ont pu découvrir les nouveautés à bord de la gabarre et essayer en avant-première le nouveau transbordeur, qui sera d’ailleurs inauguré ce jeudi 13 juin. Une manière plus alléchante, mais aussi plus claire, de présenter les contours de cette saison touristique dans la Vallée du Lot. A noter que les derniers chiffres démontrent bien l’importance du tourisme dans l’économie locale, à savoir : 44 entreprises, soit 8 % des établissements du territoire ; 389 structures d’hébergements qui comptabilisent 115 000 nuitées ; 40 producteurs locaux qui proposent des visites à la ferme, le tout, pour un total de 6 % des emplois (183 salariés).

Une offre majeure de visites

Sophie Gargowitsch a profité de ce moment pour souligner les nombreuses missions de l’office, souvent méconnues du public : accueillir et informer les visiteurs, promouvoir la région, coordonner les acteurs locaux du tourisme et soutenir les porteurs de projets. En outre, l’office gère la gabarre (qui partira de Penne-d’Agenais en raison de travaux sur le barrage), qui a des atouts à faire-valoir, en proposant ses expériences au fil de l’eau. Cette balade fluviale et la nouveauté du transbordeur incarnent parfaitement la vision d’un tourisme durable et serein pour le département, permettant aux visiteurs de découvrir les trésors cachés de la région en toute tranquillité, telle est la volonté des acteurs locaux du tourisme.

En plus de cette initiative, l’office de tourisme gère la capitainerie de Port-de-Penne et propose des locations de bateaux électriques. « Aussi, les visites guidées, organisées en collaboration avec des agences de voyages, sont une source de fierté locale, en en offrant le plus grand nombre dans le département », commente la présidente de l’Office. Les visites incluent les bourgs de Monsempron, Tournon d’Agenais et Penne d’Agenais, les cités ouvrières, le château de Fumel, la centrale hydroélectrique et la machine de Watt, cette dernière étant désormais accessible toute l’année avec une option de visite virtuelle.

A l’aide d’un partenariat avec « Toc Vélo de Masquières », les visiteurs pourront explorer l’intérieur des terres en vélo électrique. De plus, deux embarcations sont disponibles à la location pour l’organisation de barbecues.

L’afflux du Tour

Et cette saison estivale 2024 sera bien évidemment particulière pour tout le Lot-et-Garonne en raison d’un événement qui n’arrive que très rarement : le passage de la Grande Boucle. S’il arrivera à Villeneuve-sur-Lot pour le compte de la 12e étape, les coureurs, eux, entreront dans le département par le Fumélois. L’Office de Tourisme sera donc particulièrement mobilisé cette année par le passage du Tour de France, coordonnant diverses animations en partenariat avec les communes et associations locales. Pour attirer davantage de visiteurs, une vidéo promotionnelle a été produite et, en collaboration avec des offices voisins, une carte des principaux sites touristiques a été publiée. Cette carte inclut des lieux comme le château de Bonaguil et du Stelsia, Parc en ciel, l’observatoire de Lagrolère et les musées de la préhistoire, du foie gras et Bernard-Palissy. L’office planifie également un trail pour 2025, reliant les cinq « Plus Beaux Villages de France » de la région : Villeréal, Pujols, Tournon-d’Agenais, Penne-d’Agenais et Monflanquin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1