Législatives 2024 : Paul Vo Van et Colette Duynslaeger se lancent dans la course

Paul Vo Van (EELV) et Colette Duynslaeger (PCF) ont officiellement démarré leur campagne pour les législatives ce mardi 18 juin à Agen. Le binôme compte sur une forte présence sur le terrain pour convaincre les électeurs du Lot-et-Garonne de les soutenir.

0 Shares

« C’est inédit, nous sommes rentrés dans une sorte de brutalité républicaine. Les délais sont courts, mais nous relèverons le défi », c’est ainsi que Paul Vo Van (EELV) a lancé face à la presse sa campagne pour les législatives dans la première circonscription Agen-Nérac, accompagné de Colette Duynslaeger (PCF), juste avant le lancement officiel fait ce mardi 18 juin à la salle du skating d’Agen. Un binôme qualifié de « représentatif et efficace » comme l’explique Paul Vo Van. « Je suis un chef d’entreprise, impliqué dans le tissu économique local, j’ai le sens de la réalité du terrain et Colette est syndicaliste, portant les valeurs et les droits des travailleurs », explique-t-il, rejoint par sa suppléante. « C’est un binôme équilibré. »

« Nous sommes en ordre de marche et nous portons le programme ambitieux, large et sérieux du Nouveau Front Populaire », poursuit le candidat. Un programme qui repose sur dix mesures dédiées à la ruralité et extraites du contrat du Nouveau Front Populaire publié récemment. Parmi ces mesures, on trouve la revalorisation du SMIC à 1600 euros, l’abrogation de la réforme des retraites ainsi que celle de l’assurance chômage. Plus localement, ils se battent pour la réouverture des petites lignes ferroviaires et l’enrayement de la désertification médicale. Autant de combats que Paul Vo Van et Colette Duynslaeger entendent porter au Palais Bourbon.

« Des résultats d’européennes durs mais attendus »

Lors des Européennes, le RN a, en Lot-et-Garonne, cumulé 38,62 % des voix contre 18,78 % pour les deux listes de gauche (PS-LFI). Quelle stratégie entendent alors mettre en place les deux candidats pour combler l’écart ? En s’attelant à convaincre ceux qui n’avaient pas pris le chemin des urnes pour les européennes. « Nous savons que les électeurs trop proches du RN, c’est une cause perdue », tacle Paul Vo Van. « Mais l’enjeu est de toucher ceux qui n’ont pas voté mais aussi la jeunesse, que l’on sent réactive et réceptive. De plus en plus de jeunes votent à gauche », explique le binôme.

Si la stratégie fonctionne au premier tour, quel sera alors le plan ? Colette Duynslaeger est sans appel. « Si nous arrivons en première ou deuxième position, nous demanderons le retrait de la droite », une position rejoint par Paul Vo Van. « Je suis convaincu que nous n’arriverons pas troisième, mais cela représente un véritable travail de terrain. » Ainsi, les membres du Nouveau Front populaire entendent bien battre la campagne afin de pouvoir rencontrer et discuter avec les Lot-et-Garonnais. « Nous avons déjà commencé la distribution de tracts, nous sommes déjà sur les marchés et avons lancé le porte-à-porte. »

Les prochains rendez-vous se tiendront au cours de réunions publiques à Nérac et au Passage, mais aussi sur les marchés, comme à Lavardac (mercredi), au Passage et Nérac (samedi) et à Agen (dimanche). Ils souhaitent établir un contact direct avec les électeurs, convaincus que la présence sur le terrain est essentielle pour remporter cette bataille électorale. Leur engagement pour les valeurs de justice sociale et de solidarité est au cœur de leur campagne, et ils espèrent que leurs propositions trouveront un écho favorable auprès des citoyens du Lot-et-Garonne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 2 =