Tony Feijoo : « Le Festival du rire a pris une importance folle en France »

Le compte à rebours est lancé pour le Festival du rire, qui commencera à Villeneuve-sur-Lot le 25 juin. Avant l'heure, Tony Feijoo, son président depuis treize ans, se livre sur cette 32ème édition et l'avenir de l'événement.

0 Shares

Quidam Hebdo : Mardi prochain commence le Festival du rire à Villeneuve-sur-Lot, quel sentiment vous envahit actuellement et à quel stade des préparatifs êtes-vous ?

Tony Feijoo : Je suis actuellement très soucieux, mais dans le bon sens du terme. Je ne veux rien oublier afin d’accueillir les artistes et le public dans les meilleures conditions possibles. Il faut comprendre que pour un rendez-vous sur cinq jours comme celui-ci, il faut huit mois de travail, entre courir aux castings, sélectionner les têtes d’affiche, attendre les contrats… Aujourd’hui, nous en sommes aux derniers préparatifs de la soirée partenaires du mercredi 26 juin. Aussi, c’est le moment où la communication sur le Festival est plus que jamais importante, donc avec toute l’équipe, on se donne à fond pour qu’on parle de nous jusqu’à la fin de l’événement samedi prochain. Globalement, je suis donc assez serein, seulement, cette envie de bien faire nous accompagne du premier au dernier jour. Je sais que les imprévus font partie de toutes les grandes organisations, mais j’ai la chance d’avoir 36 bénévoles avec moi pour les surmonter. On a mis en place un comité directeur qui s’est réuni une fois par mois pour prévenir des éventuels soucis organisationnels.

Q.H. : Jeanfi Janssens, Laurie Peret, Waly Dia et bien d’autres sont annoncés sur le festival, comment jugez-vous cette programmation 2024 ?

T.F. : C’est une programmation éclectique qui saura forcément à un moment correspondre aux goûts de chacun. Certains viennent chercher un humour caustique, d’autres seront intéressés par les thématiques des spectacles et enfin, d’autres encore retrouveront ce qu’ils aiment dans la qualité d’écriture de ces artistes. Chaque candidat a son univers et on a fait en sorte d’ajuster soigneusement la programmation pour répondre aux goûts d’un public de province comme celui de Villeneuve-sur-Lot. Ici, le public a envie de rire, de ne pas se poser de questions. Il trouvera quelque chose qui lui plaira.

Q.H. : En matière de réservations, où en sommes-nous ?

T.F. : Sur l’ensemble des réservations des cinq spectacles, trois sont presque complets, comme ceux de Waly Dia et Laurie Peret, d’autres le sont à 70-80%, donc il reste encore des places, mais nous sommes tout de même satisfaits du remplissage actuel. Rappelons que la conjoncture économique n’aide pas le public. Certaines personnes se présentaient sur plusieurs soirées il y a encore quelques années de cela, aujourd’hui, ces personnes visent plus l’artiste qu’elles veulent voir à tout prix et doivent faire l’impasse sur le reste. Pour autant, on a quand même une chance inouïe comparée à Paris où certaines salles ne sont pas du tout remplies. Avec notre théâtre Georges-Leygues de 700 places, ne pas avoir un raté sur cinq jours, c’est une très belle performance.

Q.H. : Il y a quelques semaines, vous laissiez entendre vouloir ajouter un jour de plus à l’événement dès 2025, c’est toujours le cas aujourd’hui ?

T.F. : L’événement est quelque peu victime de son succès et compte désormais de nombreux partenaires, voire même un peu trop pour la seule soirée qui leur est dédiée le mercredi. Pour cela, on réfléchit l’an prochain à installer une soirée de plus, avec des jeunes humoristes de renom. Ces derniers pourraient être connus sur les réseaux sociaux ou autres, mais en attente de faire décoller leur carrière sur scène. Cela nous permettrait de garnir encore plus la programmation et d’étaler le festival sur une semaine entière. On va se repencher sur le sujet après le Festival, je ne sais pas encore sous quelle forme exacte ce projet pourrait avoir lieu, s’il prendrait place au centre culturel ou au théâtre…

Q.H. : Désormais, quelle place a le Festival du rire dans les événements d’humour en France ?

T.F. : Le Festival a pris une telle importance qu’il est même réputé à Paris maintenant. De nombreux jeunes artistes avaient réalisé et voté dans un classement pour désigner les meilleurs festivals d’humour en France et le nôtre figurait dans les premières positions parmi plusieurs dizaines d’autres événements, notamment grâce à notre qualité d’accueil et de programmation. On voit bien aussi que nous sommes reconnus, puisque nous sommes invités à beaucoup d’autres festivals, on est sollicités à Avignon, de gros producteurs nous démarchent pour produire leurs artistes… C’est une preuve de qualité. Quand on voit le nombre d’humoristes qui se sont révélés chez nous, plus ceux qui viennent en tant que jury de manière bénévole, c’est que l’on a notre place sur la carte de l’événementiel d’humour en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

47 + = 53