Législatives en Lot-et-Garonne : le RN est « en ordre de marche »

Les candidats du Rassemblement National en Lot-et-Garonne ont multiplié les rendez-vous, visite du camp Harkis de Bias, réunion publique, conférence de presse avec Mathieu Valet, nouveau député européen... Hélène Laporte, Sébastien Delbosq et Annick Cousin ont affiché leur sérénité et leurs projets à l'approche des élections législatives.

0 Shares

Le programme du jeudi 20 juin était chargé pour les candidats du Rassemblement National en Lot-et-Garonne. Outre la visite de Mathieu Valet, commissaire de police et fraîchement élu en tant que député européen, Hélène Laporte (Marmande), Sébastien Delbosq (Agen-Nérac) et Annick Cousin (Villeneuve-sur-Lot), étaient réunis à l’occasion d’une conférence de presse avant la visite du camp Harkis de Bias, une visite de ferme et une réunion publique pour clôturer la journée. Un rendez-vous avec la presse était donc donné pour que les deux députées sortantes et le candidat de la première circonscription puissent réaffirmer leur sérénité quant à l’échéance électorale à venir. « Nous y allons tous les trois pour gagner » a affirmé Hélène Laporte, qui repart briguer un mandat de député sur la circonscription marmandaise. « C’est la campagne la plus sereine que j’ai pu faire depuis 12 ans », appuie Sébastien Delbosq qui vise, lui, la circonscription Agen-Nérac. « Les choses évoluent, nous allons gagner, j’en suis persuadé et cela sans jouer dans le triomphalisme. Beaucoup de gens travaillent aujourd’hui avec nous après avoir été déçus d’autres partis et candidats » affirme-t-il. « Il y a désormais une vraie dynamique sur les différentes circonscriptions. Là où en 2022 nous étions 3 ou 4 pour ma campagne, aujourd’hui nous sommes 35 personnes » avance la candidate marmandaise.

« Nous avons arpenté le terrain pendant deux ans »

Pour les deux députés sortantes, « deux ans c’est très court mais nous avons été là pendant deux ans, sur le terrain comme à l’assemblée. » renforcement de la présence de policiers et gendarmes, revalorisation des salaires mais aussi s’occuper des mineurs isolés… Il était l’occasion pour les trois candidats et leur député européen de faire le point sur les projets du RN. « Nous voulons présenter des sujets concrets, parce que nous sommes des gens qui viennent du peuple, un professeur, une agent administratif, une analyste bancaire… », a énuméré Mathieu Valet en soutien de ses collègues.

« C’est honteux que Cahuzac se représente »

Et quand il est temps d’aborder la question des adversaires, les trois candidats du RN sont sans appel, notamment quand il s’agit de leurs opposants sur la circonscription de Villeneuve-sur-Lot : « Cahuzac a peut-être payé sa dette à la société mais il n’a certainement pas payé sa dette morale », commence Annick Cousin, directement concernée par sa candidature. « C’est honteux qu’il se représente mais le choix appartient aux Lot-et-Garonnais. Il faut néanmoins avouer que c’est loin d’être porteur pour l’image du territoire. Il brigue plutôt la mairie, c’est Guillaume Lepers qui devrait être inquiet » prédit Annick Cousin. Hélène Laporte n’est pas bien plus tendre que sa consœur quand il s’agit d’aborder le cas de l’ancien ministre délégué au Budget : « Il faut être réaliste, Cahuzac s’il est élu, que va-t-il faire ? » interroge la députée sortante. « Il n’est plus dans le même schéma qu’à l’époque où il était ministre. Il se retrouve sans étiquette et, il faut le dire c’est un fait, les noms inscrits comme lui sont relativement marginalisés à l’Assemblée, avec un temps de parole plus que réduit étant donné qu’il est réparti en fonction de l’importance des groupes. Il n’est pas une menace » conclut-elle. Ainsi, c’est la sérénité qui règne du côté des membres du RN, forts du score historique réalisé lors des élections européennes. « Nous faisons tout pour le grand chelem ». Des propos dits « sans triomphalisme » qui en ont pourtant la couleur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 8 = 12