Rencontres Michel-Serres : la paix en tête d’affiche

Depuis trois ans, les Rencontres Michel-Serres abordent des thèmes d'actualité majeurs. Après la planète et l’intelligence artificielle, l'édition de cette année se concentre sur la paix, réunissant artistes, scientifiques et politiques pour des échanges riches et variés.

0 Shares

Et si maintenant, on faisait la paix ? Depuis trois ans, les Rencontres Michel-Serres se font l’écho de l’actualité : d’abord avec un thème autour de la planète, puis de l’intelligence artificielle et aujourd’hui, autour de la paix. « Aujourd’hui, autant sur le plan national qu’à l’échelle internationale, on se rend compte que la paix n’est pas un état de fait donné », a lancé en préambule David Djaïz, président de l’association Les Amis de Michel Serres. Cette nouvelle édition des Rencontres s’intéressera donc à la paix, en explorant trois façons de mettre fin à la guerre dans la sphère publique ou privée, qu’il s’agisse de la guerre des sexes, de la guerre des générations… Le tout en donnant, comme à leur habitude, la parole à de nombreux artistes, scientifiques, philosophes et même hommes politiques. « Il est plus que nécessaire de se rappeler que la paix est fragile et qu’elle demande beaucoup de méthode et d’engagement », a poursuivi l’essayiste lot-et-garonnais.

Jacques Attali, Flavie Flament et Étienne Klein

Si le programme n’est pas encore entièrement défini, il semble que certains invités importants (on mentionnait d’anciens chefs d’État en mars) ne soient pas encore sûrs et certains. David Djaïz et l’association des amis de Michel Serres ont néanmoins donné les grandes lignes et certaines têtes d’affiche : Jacques Attali (« Michel Serres, l’éducation et la paix »), Étienne Klein (« Guerre et paix dans les étoiles »), Flavie Flament (« La parole publique contre les violences privées »), Claude Onesta (« Le sport ou la violence apprivoisée ») ou encore Édouard Durand, ancien juge pour enfants et président de la Commission Indépendante sur l’Inceste et les Violences Sexuelles faites aux Enfants (Ciivise) (« La parole publique contre les violences privées »).

10 000 spectateurs l’an passé

Et d’édition en édition, les Rencontres trouvent de plus en plus leur public. « Notre objectif est de faire aussi bien que l’année dernière et surtout, toujours plus », souligne David Djaïz en mettant en avant le fait que l’an passé, l’édition sur l’intelligence artificielle avait réuni pas moins de 10 000 spectateurs sur la durée de l’événement. Et pour fédérer d’autant plus autour des Rencontres, c’est vers la jeunesse que se tourne aussi l’événement. L’an passé, 1 500 élèves de la primaire au lycée avaient pu participer à différents ateliers autour des Rencontres, une initiative qui sera reconduite cette année. Les Rencontres sont également partenaires du média Le Crayon, un média internet diffusé sous la forme d’une chaîne YouTube de débats et d’actualités. « Cela nous permet de rayonner beaucoup plus auprès de la jeunesse ». Un rayonnement qui passera aussi par l’ouverture des Rencontres avec le concours d’éloquence, organisé par la jeune association du Lot-et-Garonne aux Grandes Écoles, et qui verra neuf lycéens et lycéennes se lancer dans une joute oratoire autour de citations du philosophe agenais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

69 − = 64