L’Agglomération renouvelle sa confiance à Keolis

Déjà gestionnaire du réseau Tempo sur l’ensemble de l’agglomération d’Agen, Keolis conserve le contrat de délégation pour trois ans de plus, malgré de sérieuses candidatures en face.

0 Shares

Pour le renouvellement de ce contrat important pour l’Agglo, le directeur du groupe Keolis Frédéric Baverez avait fait le déplacement (en bas à gauche)

Cette délégation de service public sera sous le signe de la transition », annonce Jean Dionis en introduction d’une réunion particulièrement importante pour l’Agglomération… celle de la signature du contrat des services de mobilité et de transport de voyageurs. Le président Jean Dionis et ses équipes ont choisi de renouveler leur confiance à Keolis, déjà gestionnaire du réseau, jusqu’en 2024. Parce qu’il n’y a pas de raison de briser un partenariat qui fonctionne… Mais il faut aussi dire que le groupe a joué le jeu, avec un match ouvert à d’autres candidatures. « Il y en a que nous connaissions très bien, comme Transdev, mais aussi des espagnols avec une offre tout à fait cohérente », énumère le président. Au final, Keolis a remporté la mise grâce à « un effort de productivité, et une offre moins coûteuse ». Pour l’occasion, le directeur exécutif du groupe, Frédéric Baverez, avait fait le déplacement, partageant son enthousiasme de co-construire un projet avec l’équipe de l’Agglo d’Agen.

« Nous avons bien entendu la volonté de donner une place encore plus importance au vélo, d’intégrer la périphérie, et nous avons réussi à monter un projet ambitieux et surtout adapté à ce territoire, grâce aux échanges entre nos équipes. Nous avons compris la logique de ce contrat de trois ans, qui est pour nous plus court qu’habituellement », a-t-il souligné. Déjà composé de 9 lignes urbaines, 7 lignes de transport à la demande, un service PMR, 45 lignes scolaires, 2 navettes gratuites en centre-ville, un service de co-voiturage, et de location de vélos à assistance électrique avec 2 stations dédiées, le réseau Tempo, qui transporte 3 millions de voyageurs chaque année, va grandir, et surtout évoluer dès l’année prochaine.

Un projet de station bio GNV dans les tuyaux

Deux évolutions majeures sont à noter : l’amélioration de l’application mobile Tempo Agen, qui disposera d’informations en temps réel sur le réseau et regroupera toute l’offre de mobilité accessible sur le territoire (SNCF, cars…), et la création de stations de vélos supplémentaires pour passer de 2 à 14 points. « Un grand défi nous attend également, puisque l’agglomération va très certainement s’agrandir à 13 communes rurales supplémentaires. Il faut donc articuler le noyau urbain, et penser à trouver des solutions pour aller chercher la première couronne, comme le développement du transport scolaire, le covoiturage… », appuie Jean Dionis. Ce nouveau contrat se veut aussi être une transition, avec un changement plus profond en 2024 ». Dès maintenant, on s’active en coulisses pour préparer l’avenir et co-construire le réseau de demain, avec le lancement d’une enquête publique sur les trajets des utilisateurs, une collecte de données détaillée, le tout pour avoir

« des informations fiables sur nos Agenais et évoluer dans le bon sens ». On parle aussi de bouger sur la motorisation, pour participer à la baisse des émissions de CO2. A ce sujet, un projet de station bio GNV sur l’Agglomération, comme on peut déjà en retrouver sur Villeneuve-sur-Lot et Damazan, est à l’étude. Elle serait située au niveau du marché à bestiaux, et permettrait de fournir les véhicules de l’Agglo, du MIN, en plus d’un fort signal envoyé aux Agenais. La mise en service serait prévue fin 2023…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

35 + = 39