L’État s’engage un peu plus dans le parcours professionnel des jeunes

Prenant la suite du dispositif ‘1 jeune 1 solution’, le Contrat d’engagement jeune veut permettre à des profils entre 16 et 25 ans une meilleure insertion dans la vie professionnelle.

0 Shares

« Finie la galère, trouvez un métier qui vous parle. » L’Etat continue d’apporter son soutien aux jeunes qui rencontrent quelques difficultés à s’insérer dans la vie professionnelle. Le Lot-et-Garonne a inauguré le Contrat d’engagement jeune, un nouveau dispositif qui s’inscrit dans la continuité du plan ‘1 jeune 1 solution’, déployé en juillet 2020, et qui a permis à près de quatre millions d’entre eux, de trouver une solution (emploi, formation ou parcours d’insertion). « Nous ouvrons un grand chantier pour les jeunes du département avec ce nouvel outil. Le taux de chômage continue de baisser, mais il faut continuer d’agir », appuie le préfet Jean-Noël Chavanne. Avec plus de 45 000personnes de moins de 25 ans à la recherche d’un emploi, il y a, en effet, encore à faire. Dans les faits, Pôle Emploi et la Mission locale accompagnent de manière personnalisée des jeunes prêts à s’engager dans un parcours intensif sur 12 mois, ou 18 mois de manière exceptionnelle. Pour y prétendre, il faut avoir entre 16 et 25 ans (29 ans pour les personnes en situation de handicap), ne pas suivre de formation, rencontrer des difficultés pour trouver un emploi durable ou ne pas avoir de projet professionnel défini. Chaque bénéficiaire est suivi par un conseiller, qui organise des points réguliers, met en place des ateliers individuels et collectifs, des périodes d’immersion en entreprise au besoin. Une application mobile a également été créée pour permettre à chaque jeune de suivre en temps réel son évolution.

Une nécessaire implication

« Au préalable, nous faisons un diagnostic et les dirigeons vers ce dispositif si leur profil correspond. Puis nous établissons un plan d’action précis qui correspond à leurs attentes. Nous leur demandons une mobilisation de 15 à 20 heures par semaine tout au long de l’accompagnement », explique la directrice de la Mission locale Moyenne Garonne. Cela leur permet de préparer leur avenir, et de mettre toutes les chances de leur côté pour construire un projet qui tient la route. Une allocation est mise en place pour appuyer financièrement les jeunes quien ont besoin. Elle représente un montant maximum de 500€ et dépend de l’âge, des ressources et du statut de chacun… mais aussi du respect des engagements pris lors de la signature du contrat. « Elle est recalculée tous les mois selon les revenus obtenus le mois précédent, et peut donc être dégressive. Un système de sanction financière, établie sur trois niveaux, est aussi appliqué en cas de manquement. » Pour les débuts du dispositif en Lot-et-Garonne, sept jeunes et leurs conseillers se sont prêtés au jeu de la signature symbolique pour officialiser les premiers contrats du département. On retrouve notamment Eve Leroy, titulaire d’un diplôme de diéteticienne-nutritionniste, qui face à un secteur bouché, est à la recherche d’une nouvelle opportunité dans le paramédical, ou encore Thomas, qui n’a pas encore trouvé sa voie et souhaite découvrir le quotidien de plusieurs métiers.

Renseignements //

1jeune1solution.gouv.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

62 − = 57