Élections : La majorité unit ses forces pour faire campagne commune

Sous la bannière de la majorité présidentielle, des élus locaux font campagne commune pour soutenir la candidature d’Emmanuel Macron à un second mandat en tant que Président de la République, avec de nouvelles « propositions fortes ».

0 Shares

Avant même l’annonce officielle de la candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, les membres de la majorité en Lot-et-Garonne se sont activées il y a quelques semaines déjà pour amorcer un travail en commun. Une équipe trans partisane, désignée par Paris, a travaillé sur une feuille de route pour le département. « Elle reste maintenue telle que nous l’avons élaborée, et ce malgré le conflit. Dans ce contexte international tendu, la majorité est justement un relai essentiel sur les territoires pour porter le projet, tandis qu’Emmanuel Macron doit assurer son rôle de président pour l’heure », explique Charlotte Pautet, correspondante opérationnelle de campagne. Une grande partie du groupe s’estréunie à Agen pour signifier cette union, à l’instar des députés Michel Lauzzana, Alexandre Freschi et Olivier Damaisin, le maire Jean Dionis ou le conseiller départemental Pierre Chollet. « Nous savions que nous partions sous la bannière de la majorité présidentielle, avec la volonté d’avoir une pluralité d’avis dans un même objectif, celui de défendre un bilan », assure Michel Lauzzana. Et Alexandre Freschi d’ajouter : « Dans une campagne, c’est toujours plus rassurant de partir avec quelqu’un qui a un bilan, dont il n’a pas à rougir qui plus est. » Dans ce quinquennat particulier, marqué par la crise des gilets jaunes, la crise sanitaire et désormais cette guerre qui a éclaté aux portes de l’Europe, tous sont convaincus d’évolutions positives dans certains domaines, conscients qu’il reste « encore beaucoup à faire, avec des propositions fortes ».

Plusieurs réunions publiques programmées

Si le programme d’Emmanuel Macron devrait être dévoilé dans les prochains jours, les contours commencent à se dessiner. Il souhaite notamment la fin de la redevance télé, l’allongement progressif du départ à la retraite de 62 à 65 ans, et prévoit d’importantes mesures sur les domaines de l’école, de la santé, et des institutions, selon le maire d’Agen qui était présent à son QG de campagne la semaine dernière, où une cinquantaine de maires étaient conviés. « J’ai trouvé le Président en forme dans ce contexte difficile. C’est un bon chef d’équipe qui nous a mis dans le sens de la marche, en nous demandant de ne pas avoir les yeux fixés sur les sondages, l’important étant de convaincre sur le terrain », confie Jean Dionis. Convaincre déjà les citoyens de voter, et ce sera une première bataille en Lot-et-Garonne, avant de réunir autour du président-candidat. « Notre campagne commence officiellement maintenant et se terminera en juin, avec les législatives. Elle se voudra optimiste, en tout cas volontariste, car c’est l’image que nous voulons pour le pays », appuie Charlotte Pautet. Tous ont la même volonté, construire un socle solide sur lequel Emmanuel Macron pourra se reposer. « De plus, il est le rempart contre les extrêmes et le populisme », ajoute Laurence Maïoroff, présidente du Parti Radical et conseillère municipale à Agen. Plusieurs réunions publiques sont programmées avant le 1er tour de l’élection présidentielle, le 16 mars à Agen, le 24 mars à Pujols et le 5 avril à Marmande.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

+ 31 = 35