La fabrique à soupes, un bel exemple pour valoriser les légumes déclassés

Autre exemple de synergie mise en place, l'agropole accompagne la mise en place de la Fabrique à soupes, dont la volonté est de valoriser les surplus de production, ou légumes déclassés qui ne seront pas vendus.

0 Shares

« Le producteur de betteraves Didier Escuraing, basé à Layrac, est venu à la rencontre de l’Agrotec (centre de ressources technologiques de l’Agropole, ndlr) pour lui faire part de sa volonté de créer quelque chose pour limiter le gaspillage de matières premières.» Une ingénieure, Kaoutare Soucy, recrutée en octobre dernier par l’Agrotec, travaille à mi-temps sur le site pour assurer le bon déroulé de la production sur l’exploitation de l’agriculteur layracais. « Il bénéficiait d’un bâtiment dernier cri disponible. Didier avait déjà investi dans des machines pour ses propres besoins, nous avons donc apporté notre pierre à l’édifice avec du matériel supplémentaire installé directement chez lui. » Un bel exemple du lien fort qui unit les secteurs de l’agriculture et agroalimentaire. » De fil en aiguille, un projet s’est monté avec les Délices de Saint-Cirice (devenu récemment Terre de Délices), qui sous-traite désormais la production de ses soupes à Layrac. « La gérante, Caroline Delcropt, a pensé des recettes sur-mesure pour fournir un produit fini sain, original et savoureux, avec au passage une date de conservation rallongée pour éviter les pertes de matières premières », développe Wilfried Gonidec. L’idée est que chaque producteur puisse solliciter le site pour transformer une partie de ses récoltes, et vendre le produit fini sous sa marque. « Nous leur proposons, selon les matières premières, des recettes spécifiques. Outre les soupes, nous pouvons grâce à nos outils proposer des tartinades ou des purées », développe l’ingérieure. Actuellement, une tonne de légumes est transformée chaque semaine, soit l’équivalent de 1200 litres de soupes. Les murs vont prochainement être poussés, pour développer une partie stockage plus grande et répondre aux besoins grandissants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

12 − 3 =