Sans illusions, Debout la France déjà projeté vers les législatives

Alors que le premier tour de l'élection présidentielle a lieu ce week-end, les militants lot-et-garonnais de Debout la France ne se font guère d'illusions sur les chances de Nicolas Dupont-Aignan d'accéder au second tour. Avec conviction, ils ont déjà les yeux rivés sur les élections législatives.

0 Shares

À 48 heures du premier tour de l’élection présidentielle, les chances de Nicolas Dupont-Aignan d’accéder au tour, semblent infimes. Alors que l’embouteillage des candidats à gauche de l’échiquier politique a fait couler beaucoup d’encre durant la campagne, le candidat de Debout la France a quant à lui eu du mal à faire sa place plus à droite, face à Marine Le Pen et Eric Zemmour qui ont monopolisé les temps d’antenne. Tout l’enjeu sera de savoir s’il sera en mesure de battre son meilleur score, réalisé en 2017 avec 4,70% des suffrages exprimés, alors que les sondages les créditent entre 2 et 3% des intentions de vote. « Les médias nationaux ont empêché l’ensemble des candidats de s’exprimer normalement, déplore Yvon Setze, maire de Montagnac-sur-Lède et délégué national du parti. Jean Lassalle l’a dénoncé et c’est également le cas, de notre côté, avec Nicolas Dupont-Aignan. Il y a eu beaucoup de manipulations des informations mais on préfère se concentrer sur ce que dit notre leader, qui sait des choses qui ne circulent par sur les réseaux traditionnels. Nous sommes conscients des sondages mais il est très important pour nous d’être dans l’Agora et participer à la vie démocratique« .

La ruralité au coeur de la campagne

Dans le département, cela n’a pas empêché les forces vives du parti Debout la France de faire campagne pour défendre le programme de leur candidat. « Nicolas représente une droite de famille, avec des valeurs simples, revendique le militant. On a mobilisé une équipe d’une vingtaine de personnes qui se réunissait tous les mois et a travaillé sur tout le département. On cherche à être visibles pour défendre des thèmes importants, absents de cette campagne. » Forcément, en Lot-et-Garonne, la ruralité est un axe de défense majeur. « C’est un sujet qui nous importe énormément car nous sommes notamment face à un désert médical total, constate Yvon Setze. Le département n’est pas attractif pour les soignants et les entreprises ont du mal à recruter du fait de ces déserts. Nous considérons qu’il faut remotiver les gens qui sont sur le côté, notamment par le biais de la formation et redonner espoir par le travail. Il faut permettre à chaque individu de se former et d’évoluer au cours de sa vie. et Nicolas veut impulser une certaine obligation sur ces sujets-là. » Alors que le programme du candidat propose une hausse des salaires sans que cela ne coûte un centime de plus aux entreprises grâce à une baisse des charges, une aide aux familles est également au coeur du projet. « Il faut donner la possibilité à un couple qui travaille d’avoir accès aux crèches, garderies et cantines mais aussi d’avoir des aides sur la vie scolaire pour les apprentis. »

Un candidat sur chaque circonscription

Des valeurs pas si éloignées des propositions faite par Marine Le Pen. Pour rappel, la candidate Rassemblement national avait fait la promesse, durant l’entre-deux-tours de 2017, de nommer Nicolas Dupont-Aignan comme Premier ministre en cas d’élection, suite au ralliement de ce dernier à ces côtés. Une hypothèse qui, pour l’heure, semble plus éloignée, même si le combat de Debout la France reste ailleurs. « Il est important d’abord de battre Macron, plaide le délégué national du parti. L’objectif sera ensuite d’avoir une énergie globale. » De là à construire une alliance avec le RN ? « Il faut voir les équipes qu’elle aura, analyse-t-il. Si elle est élue, il faudra bien que le pays marche, voir si elle arrive à faire un rassemblement des sensibilités de droite. » Dans le département, Debout la France alignera en tout cas un candidat sur chaque circonscription, Yvon Setze l’affirme avec certitude alors qu’un seul représentant du parti a siégé à l’Assemblée sur cette actuelle mandature, un certain Nicolas Dupont-Aignan…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

7 + 3 =