Qui se cache derrière la communication de la gendarmerie ?

La gendarmerie de Lot-et-Garonne se fait remarquer depuis plusieurs mois par sa communication, souvent drôle et décalée. Une manière de faire passer des messages de prévention mais aussi de rappeler que le gendarme aime plaisanter, comme tout le monde.

0 Shares

« Il reste de moins en moins de Volkswagen Golf blanches en circulation dans le département. » Il y a quelques semaines, après avoir signalé plusieurs grands excès de vitesse de ces véhicules allemands en Lot-et-Garonne, le compte Facebook de la gendarmerie conclut sa publication par cette phrase au ton sarcastique et un brin provocateur. Depuis plusieurs mois, les gendarmes lot-et-garonnais se sont fait une spécialité de cette communication humoristique.

Elle vient en complément des messages d’information et de prévention et tend à humaniser les femmes et les hommes derrière l’uniforme. « Nos collègues des Vosges ont plus ou moins été les précurseurs puis cela a été une véritable volonté de la Direction générale de la gendarmerie, explique le colonel Emmanuel Houzé, commandant du groupement départemental. En ayant ce ton décomplexé, on montre que le gendarme est comme tout le monde et que lui aussi, a de l’humour et de l’autodérision. Nous avons des retours très favorables. »

Publiée le 4 avril, la publication a récolté 858 réactions, 526 commentaires et 222 partages

Derrière ces publications, on trouve une femme, un adjudant dont le cœur de métier reste d’être enquêtrice. Aussi surprenant que cela puisse paraître, elle n’a jamais suivi de formation en communication. « Cette mission est véritablement à l’image du gendarme, poursuit le colonel Houzé. Il est amené à faire beaucoup de choses qu’il n’a pas vu à l’école et doit s’adapter en permanence, en se formant sur le tas. Notre adjudant y met beaucoup de temps et d’énergie. »

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que cela fonctionne. Depuis l’arrivée du colonel à la tête du groupement, en août 2021, le compte Facebook de la gendarmerie de Lot-et-Garonne a gagné 5 000 abonnés, pour un total de 28 000 personnes suivant les publications quotidiennes. Bien souvent, ce sont les militaires sur le terrain qui font remonter l’information qui se retrouvera publiée. Ils sont près de 500 actifs et 350 réservistes à participer à cette animation. Un véritable fonctionnement digne d’un service ou d’une agence de communication qui est également décliné sur Instagram et Twitter.

Les gendarmes, défenseurs du département

« En mêlant l’humour et la prévention, cela nous permet d’être lus par le plus grand nombre, estime le colonel. Notre cœur de métier est d’être sur le terrain mais ce serait une faute de ne pas communiquer. Cette politique peut avoir son importance sur le volet opérationnel. Par exemple, pour une recherche de personne disparue, plus on a d’abonnés, plus on aura des yeux partout dans le département. On peut avoir une véritable capacité de mobilisation. »

Les gendarmes se sont également investis de la mission de défendre et mettre en valeur les charmes du Lot-et-Garonne. « Il faut rappeler que sur certaines zones reculées, la gendarmerie est le seul lien de la population avec un service public. » Régulièrement, ils ont aussi apporté leur soutien au SU Agen, club phare du département. Le compte Instagram, utilisé pour publier de belles photos, promeut aussi la richesse du territoire.

Publiée le 8 avril, la publication a récolté 1000 réactions, 117 commentaires et 134 partages

« Nous avons un beau département. Le fait de le mettre en avant peut nous aider pour le recrutement. Nous avons quelques gendarmes qui nous ont contactés en privé pour nous dire qu’ils appréciaient notre communication et que cela leur avait permis de découvrir le secteur. De cette façon, on peut inciter des gens à muter chez nous car il nous reste encore des places à honorer de manière régulière. Grâce aux réseaux sociaux, nous avons aussi trouvé un mécanicien pour le groupement et nous cherchons encore quelqu’un pour s’occuper des espaces verts. » Les nouveaux venus auront ainsi l’occasion de participer à cette communication qui ne manque pas aussi de rappeler « les gestes du quotidien », à l’heure où les routes départementales ont déjà été endeuillées à neuf reprises depuis le début de l’année.

« Il faut tout faire pour éviter les comportements déviants comme l’alcool ou les stupéfiants et que les gens aient peur de nous trouver. Nous faisons aussi régulièrement des piqûres de rappel sur le code de la route comme la manière de prendre un rond-point ou l’utilisation du clignotant. » Et pour le coup de la Golf blanche, l’adjudant nous livre son explication sur cette publication très virale : « Il y avait trois contrôles successifs pour vitesse supérieure à 50 km/h au-delà de la vitesse autorisée. Parmi eux, deux Golf blanches. On aurait pu croire qu’il s’agissait des mêmes donc nous avons eu l’idée de faire ce post pour montrer que ce n’était pas le cas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 5 = 5