Colayrac-Foulayronnes-Saint-Hilaire, l’autre triplette gagnante

Ces trois communes du nord-ouest de la Garonne agenaise bénéficient aussi du développement des infrastructures communautaires avec un effet déjà perceptible sur le marché immobilier.

0 Shares

Avec la construction du Technopôle Agen-Garonne et du nouvel échangeur autoroutier en plus de la perspective de plus en plus probable de voir s’implanter une gare LGV, la rive gauche de la Garonne est régulièrement présentée comme le nouvel Eldorado immobilier. Mais ce n’est pas le seul secteur en vogue autour d’Agen. L’autre côté du fleuve est lui aussi en pleine effervescence. Les communes de Saint-Hilaire-de-Lusignan, Foulayronnes et surtout Colayrac-Saint-Cirq sont plus attractives que jamais. Et la concrétisation d’une autre infrastructure majeure – le pont-barreau de Camélat – ne risque pas de faire baisser leur cote auprès des acheteurs.
Témoin privilégié, et heureux, de ce phénomène, le premier édile colayracais Pascal de Sermet décrit la situation dans son village : « Cela fait maintenant 18 mois que la dynamique est très positive. Voyant passer les actes de vente et discutant régulièrement avec les professionnels, je dirais que la hausse des prix sur le marché de l’immobilier avoisine les 15 à 20% sur cette période. Mais le plus frappant dans tout ça, c’est que l’effet Camélat ne se fait pas encore sentir. De tous les gens que je rencontre, ils sont très peu à m’en parler comme un élément déterminant alors que ça va en réalité changer beaucoup de choses. »

Une offre déjà rare

Le futur franchissement de la Garonne va en effet élargir l’horizon de ce secteur nord d’Agen en créant de nouvelles connexions. Les très engorgés ponts de pierre et de Beauregard ne seront plus des passages obligés pour desservir les nouveaux bassins d’emplois. « On se retrouve au cœur d’un carrefour stratégique entre cette rive gauche, Agen et Villeneuve alors qu’on était finalement un peu excentré et enclavé jusqu’alors. Notre situation géographique devient de plus en plus intéressante », note Pascal de Sermet. Dans le sillage de ces évolutions à court terme – la mise en service du barreau de Camélat est prévu pour la fin d’année 2023 – un nouveau frémissement immobilier est attendu à Colayrac et ses alentours. Le développement commercial et médical avec la future maison de santé en plus d’importants efforts sur la voirie et les mobilités douces seront des éléments d’attractivité supplémentaires non négligeables. Le principal problème risque finalement d’être le manque d’offre face à une demande sans cesse grandissante. Les biens et le foncier disponibles sont d’ores et déjà des denrées rares, que ce soit au niveau du logement comme de l’activité économique. « C’est simple, il n’y a presque rien de disponible. Et le peu que l’on trouve part en un temps record », souligne le maire. Pour y remédier, un programme résidentiel de 12 hectares, soit environ 75 nouveaux logements, est piloté en partenariat avec la SEM 47. Il devrait voir le jour fin 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

75 − = 74