Jérémy Baudoux : « Notre expertise évite de nombreux déboires aux emprunteurs »

La crise financière et l’inflation a renforcé le durcissement des banques, dans l’obtention d’un crédit immobilier. Jérémy Baudoux et sa société Group’Finance Expertise ont constaté que les porteurs de projet se tournent de plus en plus vers un courtier afin de construire un dossier de financement optimal.

0 Shares

Quidam Hebdo : Jérémy Baudoux, on entend depuis plusieurs mois que les banques ont serré la vis en matière de crédit immobilier. Qu’en est-il réellement ?

Jérémy Baudoux : On a assisté effectivement depuis 2020 à un durcissement de la part des organismes bancaires, bien aidé en cela par les effets de la Covid 19. Les taux de refus pour un prêt augmentent indéniablement et c’est une tendance qui continue de se confirmer en 2022. Les banques demandent de l’apport aux emprunteurs et ne semblent pas vouloir déroger au taux d’effort de 35 %.

Q.H. : Est-ce dire que cela devient difficile de se faire financer un projet immobilier aujourd’hui ?

J.B. : Difficile non, je n’irais pas jusque là, bien au contraire ! On connaît la réalité du marché et le courtier a d’ailleurs un rôle important de conseil vis à vis des porteurs de projet. Nous sommes des facilitateurs d’affaires mais pas seulement. Nous avons un regard avisé de la situation financière qui permet d’éviter de nombreux déboires aux futurs emprunteurs. Dans notre cas précis, notre connaissance au niveau local nous permet d’orienter parfaitement nos clients. On constate que, de plus en plus, les personnes souhaitant faire l’acquisition d’un bien immobilier font appel à nous en premier, avant même de faire leurs recherches. Ils veulent avoir une idée précise de leurs capacités de financement.

Q.H. : Dans ce contexte, votre rôle devient donc prépondérant ?

J.B. : Là encore les chiffres le prouvent, notre métier est en train de devenir incontournable. Depuis ces derniers mois, l’indicateur permet de constater que 60% des Français ayant acheté un bien immobilier ces trois dernières années sont passés par un courtier.

Q.H. : Qu’attendent de vous vos clients ?

J.B. : Il y a d’abord l’essence même de notre métier, à savoir obtenir l’off re commerciale la plus intéressante. À ce niveau là, la crise du Covid n’a rien changé (sourire) ! Les volumes d’affaires générés par un courtier lui permettent d’obtenir des conditions extrêmement avantageuses, bien plus que si l’on essaye de négocier soi-même avec son conseiller bancaire. La crise financière que nous connaissons, fait que beaucoup de nos nouveaux clients font appel à nos services pour garantir la réussite de leur dossier. Et puis évidemment, il y a l’autre cœur de notre métier, celui de débarrasser nos interlocuteurs des tâches fastidieuses liées à la constitution d’un dossier de crédit. Notre rôle, c’est d’accompagner nos clients depuis l’étude de faisabilité jusqu’à la finalisation du dossier chez le notaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 1 = 4