L’Agropole se développe à Damazan, première extension d’une longue série ?

Avec un taux de remplissage atteignant bientôt les 100%, l’Agropole doit voir plus loin que ses frontières historiques sur l’Agglomération d’Agen pour continuer d’accueillir des porteurs de projet. Un développement vient de se confirmer sur Damazan.

0 Shares

Le Lot-et-Garonne, fief de nombreuses entreprises du secteur agroalimentaire, doit commencer à réfléchir dès à présent à la bonne stratégie pour continuer d’accueillir de nouvelles enseignes, tandis que le manque de place se fait ressentir… L’Agropole, qui arrive à saturation, souhaite continuer de répondre à une demande toujours aussi importante, et vient d’acter son développement hors de ses limites « historiques » d’Estillac. Une première extension du côté de Damazan sera opérationnelle fin 2022. « Nous venons de tenir deux assemblées générales extraordinaires avec les conseils d’administration d’Agropole Services et Entreprises, qui ont validé le projet de développement en dehors des frontières de l’Agglomération d’Agen », explique Paul Vo Van, président d’Agropole Services. L’objectif derrière cette implantation à Damazan, élargir de façon officielle le périmètre d’intervention de cette technopole au niveau départemental, mais aussi à plus long terme au niveau régional, national… voire même international. « Nous sommes déjà en collaboration avec notre équivalent en Espagne, la cité agroalimentaire de Tuleda », ajoute le président. Une demande également du président de la Région, Alain Rousset, d’essaimer un peu plus les graines de ce chef de file du secteur sur le territoire, pour devenir un acteur incontournable et participer au développement économique.

Une dizaine de cellules proposées

Concrètement, l’Agropole va louer deux bâtiments existant sur Damazan, actuellement vides de toute activité. Ils s’étendent sur une superficie de 1600m chacun, et seront complètement réaménagés pour la création d’une dizaine de cellules de 80 à 1000m2 adaptées à l’industrie agroalimentaire, qui seront ensuite sous-louées à des porteurs de projet. Une spécialité qui a fait le succès de la technopole jusqu’à aujourd’hui. « Nous avons déjà des contacts avec des candidats qui attendent cette ouverture pour s’implanter et développer leur projet », confie Paul Vo Van. La quatrième vitesse a donc été enclenchée, également pour disposer de solutions sur le plus long terme à des entreprises entrées en pépinière à l’Agropole. « Nous sommes en capacité de leur proposer des loyers moins onéreux qu’en métropole, avec une situation géographique stratégique », ajoute Patrick Georgelin. Les travaux démarreront dès la rentrée, avec l’objectif d’une ouverture fixée à janvier 2023. « C’est un signal fort envoyé juste avant la prochaine délégation de service public (assurée par Agropole Services, ndlr), qui devra avoir cette vision départementale », affirme Michel Masset, président de la communauté de communes du Confluent et des coteaux de Prayssas, qui accueillera l’extension. Ce dernier se réjouit de cette « opportunité pour le secteur de Damazan de bénéficier d’un outil départemental qui a fait ses preuves sur l’industrie agroalimentaire. Si je prends ma casquette d’élu départemental, je dirai que nous nourrissons de grandes ambitions sur tout le territoire ». Prochaine étape peut-être, le secteur du Villeneuvois, avec lequel des discussions ont déjà démarré…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 4 = 2