Saison culturelle à Agen : Paul Mirabel, l’attraction de l’automne

Les différents lieux de culture agenais ont enfilé le bleu de chauffe samedi dernier pour présenter l'ensemble de leur programmation pour la saison 2022-2023

0 Shares

C’est une très belle prise que le théâtre Ducourneau est parvenu à attirer dans ses filets. Âgé de 26 ans, Paul Mirabel est la star montante sur la scène de l’humour en France. Son style atypique, celui d’un jeune homme fragile et timide, fonctionne partout où il passe. La quasi-totalité de ses dates pour son spectacle « Zèbre », parmi lesquelles quatre représentations à l’Olympia, sont déjà complètes et sa venue à Agen le 18 octobre prochain ne devrait pas faire exception à la règle. Au total, une cinquantaine de spectacles sont au programme du côté du théâtre. « C’est une saison joyeuse, optimiste et qui s’adresse à tous », explique la directrice Stéphanie Waldt.

Les services culturels de la ville d’Agen sur le pied de guerre pour présenter
une saison qui s’annonce riche en émotions.

Ses collègues ne seront pas en reste. Le musée des Beaux Arts, qui a revu sa charte graphique et ses supports de communication, laissera notamment la part belle en 2023 à l’artiste agenais GOSSE pour une exposition intitulée « leitMOTIFS », un point de rencontre à mi-distance entre l’atelier de l’artiste et son public. Du côté de la médiathèque, la bande dessinée est au menu de cette rentrée, alors que le conservatoire de musique et de danse s’ouvrira à de nouvelles disciplines et notamment le hip-hop via des ateliers délocalisés prochainement Salle de Barleté.

Marie-Claude Iachemet, adjointe au maire, rappelait « le caractère essentiel de la culture. Elle est là pour enseigner et nous procurer des émotions. » Il y aura d’ailleurs certainement quelques larmes le 23 septembre prochain, pour le dernier jour d’ouverture du centre culturel, qui organisera pour l’occasion une rétrospective des 70 affiches des expositions présentées durant une décennie. Celles qui sont en cours se poursuivront d’ailleurs aux Jacobins et à la galerie Montesquieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

43 − = 40