« Foul’Eau » ou quand Foulayronnes se recharge par l’eau pluviale

Thème majeur du mandat de Bruno Dubos, le développement durable connaît un nouvel élan sur le Foulayronnais. A partir de 2023, un projet de récupération des eaux de pluie à l'échelle de la commune verra le jour, une première en Lot-et-Garonne.

0 Shares

« Cela faisait au moins trois années que l’on souhaitait innover sur la pratique de la gestion de l’eau », rappelle dès le début de sa présentation le maire de Foulayronnes, Bruno Dubos. Ayant fait de la transition écologique et énergétique deux des piliers de son programme, il désirait mettre à l’œuvre un projet qui concernerait l’ensemble de la commune. Conscient des enjeux liés au dérèglement climatique, dont les dernières conséquences se sont manifestées ces derniers mois au travers de trois canicules consécutives et d’une sécheresse estivale, l’élu s’est tourné vers les problématiques liées à l’eau. « Les réserves s’amenuisent et si l’on est réaliste, ce sont des choses qui devraient devenir courantes à l’avenir, explique-t-il. La question de l’économie d’eau devient essentielle. » Pour concevoir un tel plan, la Ville de Foulayronnes s’est alors associée à JMB Conseils et son président Jean-Marc Bourniquel. Le projet « Foul’Eau » est alors né. Ensemble, ils ont répondu à l’appel à projets sur l’économie circulaire d’eau lancé conjointement par l’Agence de l’eau Adour-Garonne et les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. L’objectif de cette sollicitation était de favoriser l’émergence d’idées sur la réutilisation des eaux de pluie, en les accompagnant de l’étude, jusqu’à la réalisation du projet. Répondant à des besoins communaux et de particuliers, « Foul’Eau » a reçu un avis favorable.

Utile à tous

« On ne compte pas révolutionner la science. On va reprendre simplement des anciennes techniques de récupération que l’on remet au goût du jour avec les apports technologiques de notre époque, notamment pour l’utilisation de cuves », détaille Jean-Marc Bourniquel. Avec ceci, « Foul’Eau » permettra à ceux qui le souhaitent de réduire les prélèvements d’eau potable, de restaurer la biodiversité et évidemment de faire des économies sur les factures d’eau. « Il est possible d’atteindre les 35% de réduction », précise le maire. A destination des particuliers, comme des entreprises et des établissements publics, plus de 2 200 bâtiments pourraient en bénéficier sur Foulayronnes.

Un guide distribué au mois d’avril 2023

Actuellement toujours dans une période d’études et d’état des lieux jusqu’en décembre, le projet va rapidement évoluer les prochains mois en dévoilant en détail ses propositions d’installations. Après une d’évaluation des besoins en eau début 2023, les négociations et le chiffrage des coûts se feront au mois de mars. Enfin, un guide sera remis dès le mois d’avril à chaque bénéficiaire de la commune. Les financements publics, les prix, ainsi que des conseils et informations sur les travaux y seront renseignés pour sauter le pas et amener le projet de récupération d’eau chez soi. D’ailleurs, lors du prochain Congrès des maires et présidents d’intercommunalité au mois de novembre, la question de l’économie d’eau par le recyclage des pluies sera étudiée, preuve que Foulayronnes est « un territoire qui anticipe », insiste Bruno Dubos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

92 − 82 =