Le SU Agen ne doit plus retomber dans ses travers

La semaine dernière, le SUA LG s’est incliné chez une équipe carcassonnaise mal embarquée en championnat jusque-là. Un troisième revers de suite qui n’est pas sans rappeler les maladresses du début de saison. La même erreur ne sera pas acceptable vendredi à 19h30 contre Massy

0 Shares

C omme une impression de déjà-vu… Jeudi, la physionomie du match, les échecs en touche, l’indiscipline et le score fi nal 21-20 ont malheureusement rappelé les tristes performances du SUA au mois de septembre, qui s’était déjà incliné à deux reprises sur la plus petite des marges contre Montauban et Colomiers. Si pour le staff agenais, les deux récents échecs contre Angoulême et Oyonnax n’avaient rien d’alarmant, nous nous permettons de douter à présent après la prestation des « Bleu et Blanc » dans la citadelle. En effet, Carcassonne n’a jamais eu à forcer son talent et Agen s’est sabordé comme un grand. « Ce qu’on a fait là-bas, ce n’est simplement pas possible », confi e le demi d’ouverture suaviste Rapahël Lagarde. Car, si les hommes de Bernard Goutta n’ont été que très peu mis en danger dans leur camp, leurs fautes à répétition ont mis Carcassonne dansun fauteuil, les « Jaune et Noir » n’ayant plus qu’à engranger les points au pied. Les essais de Lamoulie en première et Takulua en seconde période ont pourtant ramené les Lot-et-Garonnais à hauteur, mais quand ce n’est pas l’indiscipline, c’est la touche qui a fait défaut, élément assez rare pour être noté ces dernières semaines. Trois munitions ont été gâchées dans le camp adverse lors des dernières minutes, beaucoup trop quand on veut prétendre à la victoire. « On domine habituellement dans ce secteur mais il est clair qu’ils nous avaient bien étudiés. Il n’y a pas de mots, on s’est fait contrer », témoigne le numéro dix du soir.

Enfin envoyer du jeu contre Massy

« Quand on se regarde jouer, c’est la dépression. » Les termes employés par le capitaine du soir sont peut-être forts mais il n’est pas inapproprié d’être déçu par le jeu du SUA LG. Plus rageant, quand ils se sont mis à envoyer des ballons sur les extérieurs jeudi, les Agenais ont très souvent trouvé la faille, au point de marqué deux essais. Pourtant, c’est bien un jeu d’avants, privilégiant la conquête, qui a une nouvelle fois été mis en place face à des Carcassonnais imperturbables. La formule qui avait fait le succès des Agenais pendant un mois confi rme donc ses limites. « Il faut jouer plus aux entraînements et tenter d’autres choses. Il faut qu’on donne autant d’envie en attaque qu’en défense. », estime Raphaël Lagarde. Ce dernier pourrait laisser sa place contre Massy, actuelle lanterne rouge de Pro D2, au profi t d’Emile Dayral, fl amboyant avec les Espoirs. Se relancer en s’imposant avec le bonus à Armandie ce vendredi semble être atteignable, mais bien plus que des points, c’est la confi ance qu’il faut reconstruire. « Quand cela ne se passe pas comme on veut sur le terrain, il n’y a plus personne qui parle, on a peur de se faire des passes. On doit régler tous nos problèmes contre Massy ».

Vie du groupe : L’année 2022 terminée pour Dorian Bellot ?

La semaine dernière, l’absence de Dorian Bellot a été ressentie. Ce dernier était très performant lors des derniers matchs, comblant parfaitement la place de Sonatane Takulua, alors convalescent. Le joueur de 22 ans a quitté l’entraînement plus tôt que prévu en début de semaine passée. Résultat : une fracture du métacarpe et encore deux à trois semaines au repos pour le demi de mêlée selon Bernard Goutta. Un retour avant 2023 est fortement compromis. Heureusement, le SUA pourra compter sur Théo Idjellidaine et Takulua, revenu à la compétition contre Carcassonne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

95 − = 92