La Bastide enchantée va entrer dans le vif du sujet

Les vacances scolaires débutant ce week-end, le nombre de visiteurs sur la Bastide enchantée va considérablement augmenter. Les exposants du marché de Noël attendent ce moment de pied ferme.

0 Shares

Depuis le 3 décembre dernier, la Bastide enchantée de Villeneuve-sur-Lot a ouvert ses portes. En trois ans, elle est devenue un événement incontournable de la vie de la sous-préfecture mais aussi plus largement du département. Alors que les vacances scolaires débutent ce week-end, la fréquentation va nettement s’accentuer. La quarantaine d’exposants présente sur le marché de Noël de la place Lafayette attend ce moment avec impatience. « Les quinze premiers jours sont toujours un peu calmes, analyse Peggy Faivre sur son stand où sont proposés produits à base de truffe ou de safran. On note tout de même que les gens commencent à regarder pour faire les cadeaux mais le gros de l’affluence va arriver avec le début des vacances. Malgré le froid du week-end précédent, il y a eu beaucoup de monde qui est venu dimanche. On attend également avec impatience la seconde nocturne qui aura lieu samedi soir car celle de la semaine passée n’a pas eu le succès escompté, en raison de la concurrence du match de l’équipe de France à la même heure. »

Cette cultivatrice de safran, installée à Frespech, vient avec le même enthousiasme depuis 2020, en compagnie de trufficulteurs de Penne d’Agenais. « Nous sommes là depuis la nouvelle version de la Bastide enchantée, explique-t-elle. Je n’étais pas forcément venue auparavant mais j’avais une très mauvaise image de ce qui était fait. Là, je pense qu’on peut dire qu’il s’agit d’un véritable marché de Noël. On est dans le Sud-Ouest mais on se rapproche de ce qui fait dans l’Est. C’est vraiment super pour une ville comme Villeneuve-surLot. » Un autre commerçant, qui propose de la dégustation de champagne avec des plateaux de fromage et de charcuterie, confirme cette impression. « Nous étions présents sur l’ancienne version mais depuis que le nouveau maire est arrivé, l’événement a vraiment pris de l’ampleur. Le fait qu’il soit originaire de l’Est de la France explique surement qu’il a su ce qui fonctionnerait. Dans tous les cas, ce qui est proposé nous correspond parfaitement. On note bien que les animations permettent de drainer du monde. »

« Les gens prennent plaisir à venir »

La municipalité avait prévenu, pas un week-end ne ressemblera à un autre. « Le programme d’animations est d’une grande qualité, souligne Peggy Faivre. Régulièrement, nous avons une fanfare qui passe, des personnages ou le Père Noël. Ça permet d’amener de la vie. Avec la patinoire, la piste de luge ou encore le parc d’animaux, je trouve qu’il y a vraiment tout ce qu’il faut, aussi bien pour les petits que pour les grands. » « Les gens prennent plaisir à venir voir cette féérie de Noël », complète le commerçant, habitué à étrenner son concept aux quatre coins de la France. Reste maintenant à faire des affaires même si l’important est peut-être ailleurs. « On sait que ce n’est pas sur le marché de Noël qu’on fera notre plus gros chiffre, ajoute-t-il. Il y a tout de même une notion d’image qui est importante, les gens viendront nous chercher par la suite. »

C’est avec beaucoup de plaisir que Peggy Faivre fait partie des exposants du marché de Noël de la Bastide enchantée.

Même son de cloche du côté des trufficulteurs qui vont, de surcroit, pâtir de mauvaises récoltes. « La saison de la truffe commence à peine, explique la safranière. Cela va être difficile car il n’y en a pas beaucoup, en raison de la sécheresse de cet été et les truffes qui sont sorties n’ont pas forcément beaucoup mûri. Nos voisins sont dans la même situation. On estime qu’il y a au moins 50% de production en moins. La conséquence, c’est qu’elle va être très chère car il y aura très peu de quantité. Il y a un cours du prix de la truffe et mes collègues estiment que le kilo pourrait coûter entre 1500 et 1600 €. »

Un produit de luxe qui est sublimé par ces producteurs. On retrouve ainsi la truffe à toutes les sauces ; dans du saucisson, du beurre, du foie gras ou même du chocolat. « Ça s’associe bien avec le safran, c’est pour cela que nous partageons le chalet, poursuit Peggy. Nous proposons aussi des produits à base de bellota, un porc espagnol d’une qualité exceptionnelle. Ils sont transformés par un charcutier du coin. C’est important pour nous de mettre en valeur le savoir-faire local. »

La diversité des visiteurs

C’était également le souhait de la municipalité : pouvoir mettre en avant les produits locaux tout en gardant l’incontournable d’un marché de Noël : pain d’épice, bretzel ou encore vin chaud. L’enjeu est de taille car de nombreux visiteurs sont étrangers à Villeneuve-sur-Lot. Il convient donc de faire bonne figure. L’an passé, ils étaient 100 000 à s’être pressés dans la sous-préfecture, provenant d’une vingtaine de départements.

« On a constaté nous-mêmes cette diversité parmi les badauds, confirme l’exposant qui propose de la dégustation de champagne. Il n’était pas rare que les gens nous disent qu’ils venaient de Marmande, Bergerac, Bordeaux ou Toulouse. » En attendant l’heure des bilans qui aura tout le temps d’arriver au mois de janvier, la Bastide enchantée a encore de beaux jours devant elle pour faire vivre la féérie de Noël et des fêtes de fi n d’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + = 10