SU Agen : Les fêtes avant l’heure pour finir l’année ?

Très peu inspiré contre Béziers, le SUA LG s’est fait coiffer sur la sirène jeudi dernier. Le coup de mou se confirme pour les hommes de Bernard Goutta qui parlent déjà d’une victoire obligatoire à Nevers vendredi à 19h, pour clôturer l’année 2022 sur une bonne note.

0 Shares

« Je suis frustré, en colère et dégoûté. » Ces paroles de l’ailier du SUA Iban Etcheverry, à la suite de la rencontre face à Béziers, se sont accordées à celles de Martin Devergie et du manager Bernard Goutta. Les Agenais ont une nouvelle fois pris un coup sur la tête à Armandie. Contre les Biterrois, la rude bataille annoncée a bien eu lieu, laissant place à un jeu décousu, où rares ont été les occasions. Si les « Bleu et Blanc » ont surclassé Béziers en mêlée, la touche a elle livré une de ses plus mauvaises copies depuis le début de la saison. De nombreux lancers ont été gâchés en première période, y compris lors de situations dangereuses dans les 22m adverses.

« Notre touche ne nous a pas permis de construire notre match, regrette Bernard Goutta. Je suis en colère contre nous. On ne se rend pas la tâche facile. On pourrait se mettre à l’abri au bout de dix minutes », ressassait Iban Etcheverry. Après avoir couru au score en deuxième mi-temps, un essai de Kolinio Ramoka, quasiment à lui seul, a bien permis de remettre les siens devant jusqu’à la dernière minute de jeu. Cependant, outre un arbitrage mitigé, le SUA a été sanctionné au sol avant d’être puni par le buteur biterrois sur la sirène. 13-14, les Agenais se font surprendre et s’inclinent pour la quatrième fois de la saison pour un petit point au tableau d’affichage.

« On a peur de perdre à Armandie »

Les Lot-et-Garonnais ont donc enregistré leur cinquième défaite de la saison sur leur pelouse. Une statistique étonnante pour une équipe qui a toujours su faire d’Armandie l’antre de la majeure partie de ses victoires chaque année. Quelle est l’origine des maux du SUA LG à domicile ? Les joueurs n’ont pas la réponse exacte mais tentent tout de même de trouver des axes d’explications. « On met notre jeu en place, mais dès que l’on ne score pas, on se met la pression et on perd nos moyens. Ce n’est pas juste une question de stade », assure l’ailier de 24 ans. Pour Bernard Goutta, le problème est mental. « Je pensais qu’on avait appris du premier bloc, mais j’ai malheureusement constaté le contraire. Mon équipe a de l’envie mais manque simplement de maîtrise. A Armandie, on a peur de perdre, c’est quelque chose qui est ancré dans la tête des gars depuis plusieurs saisons et il faut surmonter ces doutes. »

Les jokers grillés

La dernière affiche de la phase aller se profile. Nevers compte le même bilan que les Agenais sur les cinq dernières rencontres. Si le SUA a démontré à de nombreuses reprises sa force lors des matchs en déplacement, la confiance n’est pas de son côté. « On a besoin de révolte. C’est cruel mais c’est la précision qui a pêché. On travaille bien et les résultats ne sont pas là. Tout le monde a confiance dans le plan de jeu, alors il faut faire en sorte qu’il fonctionne », appuie le troisième ligne Martin Devergie. Actuel 5ème au classement de Pro D2, Agen voit Provence et Vannes revenir à pleine vitesse sur lui.

Plus qu’une question de confiance, il faut pérenniser la place d’Agen dans le top six. « On grille nos jokers petit à petit et il faut retrouver l’élan du second bloc. On s’est vu peut-être beaux après celui-ci. » Le joueur de 27 ans semble cette fois plus déterminé pour aborder le prochain match. Il donne le ton : « On ne va pas y aller pour faire de la figuration, il faut rattraper nos erreurs et cela commence à l’extérieur. Je ne joue pas pour perdre, donc la victoire y est obligatoire. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

64 − = 60