La formation « qui mène à tout » du lycée professionnel l’Oustal

Le BTSA Développement et animation des territoires est un cursus méconnu mais qui permet pourtant de toucher de nombreux domaines d’activité et même à l’entrepreneuriat.

0 Shares

Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? » Cette question a hanté plus d’un adolescent… Il est effectivement difficile de savoir quel visage l’on souhaite donner à sa carrière professionnelle à seulement 17 ou 18 ans… Devant cette incertitude, le BTSA DATR constitue une option de choix ! Si l’acronyme n’est pas très évocateur – DATR signifie Développement et animation des territoires – pour les jeunes comme leurs parents, les très nombreux débouchés possibles à la sortie sont, en revanche, bien plus concrets. Médiation sociale, service à la personne, tourisme, culture, sport, humanitaire, banque et assurances, administration… Tous ces domaines et bien d’autres encore ouvrent leurs portes aux jeunes diplômés qui peuvent œuvrer sur plusieurs fronts, du développement de projet à l’organisation d’évènement en passant par la communication. « Ce que l’on apprend au cours des deux années de formation est très transversal. Les étudiants découvrent comment identifier les besoins des usagers et trouver des partenaires pour faire émerger des solutions. Ils apprennent à gérer des budgets, avec des notions de compta-gestion, et des ressources humaines. Ils mettent ensuite en œuvre les moyens à leur disposition pour réaliser le projet tout en assurant sa promotion », décrit Christel Fugit, directrice du lycée professionnel villeneuvois L’Oustal, qui est le seul en Lot-et-Garonne à proposer ce BTSA.

Perspectives ouvertes

Grâce aux très nombreux partenariats tissés entre l’établissement et le tissu local, les élèves ont l’opportunité de rencontrer (et collaborer avec) des élus et des chefs d’entreprise à l’occasion des projets de classe. « Autant de futurs employeurs potentiels à intégrer dans son réseau… » Les dernières promotions ont ainsi travaillé sur le CCAS de Villeneuve, le Trail d’Agen, le 4L Trophy, des résidences d’artistes au Florida… sans oublier les missions de leurs stages individuels. S’ils sont opérationnels à la sortie du BTSA, les étudiants ont aussi la possibilité de prolonger ce cursus avec un bac +3 et même un master. « Cela donne à chaque fois des parcours variés voire atypiques pour certains », note la directrice Christel Fugit. Plusieurs s’en sont servis pour monter leur propre affaire.

Renseignements //
Lycée L’Oustal Rue Paul-Sabatier
47300 Villeneuve-sur-Lot
05 53 36 21 36
villeneuve-sur-lot@cneap.fr

Animalerie et service aux personnes : des bac pro très attractifs

Spectaculaire vu de l’extérieur avec son bâtiment rutilant, le lycée L’Oustal l’est aussi à l’intérieur, en particulier lorsque l’on pénètre au cœur de l’animalerie pédagogique. Avec le Bac Pro TCVA (technicien conseil-vente en animalerie), unique en Lot-et-Garonne et très rare en Aquitaine, l’établissement forme des jeunes aux métiers « amis des bêtes ». S’il est bien sûr possible de travailler dans une animalerie une fois diplômé, c’est aussi un excellent tremplin pour les formations de soigneur animalier et d’assistant vétérinaire. Le Bac Pro SAPAT (Services aux personnes et aux territoires) est lui aussi très prisé. Il off re de multiples accès à la vie active. Accessible dès la sortie du collège, ce cursus SAPAT mélange enseignement pro et général avec un large menu d’options pour inciter les élèves à la découverte et leur permettre de construire leur projet de carrière. Les bacheliers peuvent ensuite se diriger vers le monde de la petite enfance, des personnes dépendantes, des services, du tourisme et de la valorisation du patrimoine, de l’encadrement et de l’animation, de la santé et du social ou encore du développement local.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + 5 =