Atlas de la biodiversité : un travail clos qui engage le début d’un autre

En Villeneuvois, l'Atlas de la biodiversité est une histoire qui a animé les débats pendant trois ans. Après avoir rendu ses premiers résultats, le document permet d'engager de nouvelles perspectives de travail à l'avenir.

0 Shares

Il y a un peu plus de trois ans, la Ville de Villeneuve-sur-Lot et le CPIE Pays de Serres-Vallée du Lot s’engageaient ensemble dans la réalisation d’un ABC, Atlas de la Biodiversité Communale, afin de lutter contre le déclin de la biodiversité. Cet outil a pour objectif de connaître, préserver et valoriser le patrimoine naturel communal.
Une démarche qui a compté sur une mobilisation citoyenne certaine avec plus de 200 contributeurs locaux. « Le cœur de l’enquête et la recherche d’indices sur l’ABC, se situe dans sa capacité à mobiliser les citoyens et les élus », affirme avec fierté Thérèse Campas, présidente du CPIE. Dorénavant, un bilan final clôture ces trois années de travail. Ce ne sont pas moins de 15 000 données qui ont été analysées pour recenser 1070 espèces animales et végétales. Parmi elles, 46 sont considérées comme étant à forts enjeux de conservation. Ces dernières années, l’ABC a été le vecteur de nombreux rendez-vous de sensibilisation citoyenne à destination du grand public, des élus et des scolaires. Pour cette démarche engagée, la municipalité villeneuvoise a obtenu le label Territoire Engagé pour la Nature, une première pour une commune du Lot-et-Garonne. Ce titre lui sera remis le 6 mars prochain à Bordeaux.

Des actions déjà en cours

« On veut transformer l’essai en action pérenne. Le travail pour agir en faveur de la biodiversité ne fit que commencer », précise le premier édile de Villeneuve-sur-Lot Guillaume Lepers. Pour ce faire, la municipalité va poursuivre son travail déjà entamé sur la trame verte, permettant aux espèces animales de circuler et de s’alimenter.
Aussi, le travail de sensibilisation de la population avec le CPIE perdurera. « L’extinction des lumières le soir et la lutte contre la création d’îlots de chaleur seront aussi déterminantes pour faire de ce travail une réussite globale », continue le maire. A noter que 600 arbres ont été plantés en 2022 dans la Bastide. Un engagement qui se prolongera enfin avec la gestion des espaces communaux et des habitats des espèces à enjeux, preuve que le combat pour la biodiversité est loin d’être terminé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

39 + = 44