Vers la création d’un parc départemental d’habitat pour seniors

Chef de file des solidarités sociales et territoriales, le Conseil départemental mène un programme ambitieux en faveur de l’habitat partagé, une « nouvelle manière d’habiter » à destination des personnes âgées et/ou porteuses de handicap.

0 Shares

Si l’on regarde aujourd’hui la composition du Lot-et-Garonne, un quart des habitants a plus de 65 ans et le nombre de personnes âgées devrait augmenter de 11 % d’ici 2035. Afin de prévenir la perte d’autonomie et de lutter contre l’isolement, l’habitat peut jouer un rôle décisif. Et, entre les dispositifs d’aide au maintien à domicile et le placement dans un établissement spécialisé de type Ehpad, il existe « une 3ème voie » de plus en plus plébiscitée : l’habitat partagé. « L’habitat partagé consiste dans l’aménagement de petites unités de vie, qui permettent aux personnes de vivre dans un logement adapté et de partager des services d’accompagnement et des moments collectifs conviviaux dans des espaces communs », explique Christine Gonzato-Roques, Vice-présidente du Conseil départemental en charge du Développement social, de l’insertion et de l’habitat. Autre intérêt et non des moindres : les futurs résidants participent activement à la « construction » de leur lieu de vie. L’existence de ce type de logements collectifs, à taille humaine (de 5 à 10 personnes en moyenne), est loin d’être nouvelle mais elle connaît depuis quelques années un regain d’intérêt de la part d’une population vieillissante ou atteinte de handicap. Ces formes d’habitat comportent en effet ce que chacun est en droit d’attendre d’un logement, en termes d’intimité comme en termes de liberté d’aller et venir, de centralité, d’accès aux services, aux commerces, aux transports, etc. Mais les personnes font également le choix de mettre en commun certains moments de la vie quotidienne (repas, loisirs) ou bien des services d’aide à la personne. A cet égard, un tel projet d’habitat ne se limite pas à lutter contre la solitude dans un cercle clos : il débouche inévitablement, pour tous ses participants, sur des interactions sociales plus denses avec leur environnement.

Accompagner les porteurs de projet d’habitats partagés

Soucieux de répondre aux besoins des seniors et de diversifier l’offre d’habitat, le Conseil départemental a lancé dès la fin de l’année 2021 un ambitieux programme pour soutenir le développement de tels projets. Aux côtés de la Caisse Nationale de la Solidarité pour l’Autonomie (CNSA), il s’est engagé tout d’abord financièrement dans la mise en place de l’Aide à la Vie Partagée (AVP) destinée à soutenir l’animation et la coordination des projets de vie sociale et partagée. Il gère par ailleurs les fonds octroyés par la CNSA (plus de 550 000€) pour financer les adaptations de logements ou la réalisation d’espaces partagés. En avril 2022, une étape décisive a été franchie avec le lancement d’un appel à projets visant à la création de logements inclusifs partout sur le territoire. Près d’un million d’euros est prévu pour soutenir les réalisations (en aide à l’investissement et en ingénierie, grâce à l’accompagnement de l’association Habitats des possibles), en lien avec les communes, EPCI et bailleurs sociaux. Sur les 18 candidatures déposées, preuve de l’intérêt suscité, 13 ont été retenues sur les communes d’Agen, Bon-Encontre, Damazan, Fourques-sur-Garonne, La Sauvetat-du-Dropt, Le Mas-d’Agenais, Miramont-de-Guyenne, Monflanquin, Réaup-Lisse, SaintPastour, Sainte-Colombe-en-Bruilhois, Tonneins et Tournon-d’Agenais, soit un maillage efficace de tout le territoire. 2023 verra les premières concrétisations de ce plan global de 113 logements annoncés, soit en construction soit en réhabilitation. Véritable projet de société, le déploiement de l’habitat partagé traduit bien la volonté de faire du Lot-et-Garonne un territoire exemplaire du « bien-vivre » à tout âge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 8 = 9