Le SUA cherche à remettre le pied à l’étrier

Jeudi dernier, l'espoir ne fut que de courte durée. Dans une rencontre où Nevers n'a que très peu été embêté, le SUA LG a quasiment dit adieu au match de barrage à domicile. Avant le quart de finale, il faudra se remobiliser à Béziers vendredi à 21h, en clôture de la phase régulière de Pro D2.

0 Shares

Il n’y avait pas de place pour ce SUA la semaine dernière. Nevers est venu, a brièvement vu et a surtout rapidement vaincu des Agenais qui n’était tout bonnement pas au niveau des résidents de la Nièvre. Si les cinq premières minutes étaient à la faveur d’un SUA en place et organisé offensivement, la tangente s’est brusquement renversée avec les assauts des Neversois. Pris de vitesse, étouffé et à court d’idées défensives, Agen n’aura tenu qu’un petit quart d’heure avant d’encaisser deux essais en cinq minutes. Le score de 3-14 à la pause pour les visiteurs aurait pu être bien plus sévère. Pourtant restructuré dans le combat, le SUA obtient un essai de pénalité au retour des vestiaires, les ramenant à 10-14. Revenu à hauteur, un nouveau match démarre aux alentours de la 50ème minute de jeu, mais la politique s’est invitée au cœur de la rencontre. Les lumières du stade Armandie ont ainsi été coupées. Un acte revendiqué par la CGT en guise de protestation contre les récentes décisions gouvernementales. Une demi-heure plus tard, le courant est revenu, mais pas le coup de forme des Agenais. Nevers est allée d’un nouvel essai tandis que le SUA sauvait un point de bonus défensif, comme souvent cette saison. Si le résultat aurait pu être plus dur (17-21), mentalement, la démonstration s’est fait ressentir.

Le dernier coup d’éclat

Dorénavant, que reste-t-il au SUA ? Une sixième place à trois et quatre points des actuels barragistes à domicile Vannes et Mont-de-Marsan, tandis que Nevers a maintenant une longueur d’avance sur les Agenais. Il faudrait un sacré retournement de situation pour que le SUA s’empare d’une des deux places tant espérées, lui gagnant à Béziers et au moins deux concurrents défaits lors de la dernière journée. De plus, Béziers n’est pas un adversaire qu’Agen affectionne, ayant souvent connu les revers contre les Héraultais. C’est aussi la dernière occasion pour le staff de passer en revues certains joueurs afin de concevoir l’équipe qui se rendra au match de barrage les 11 et 12 mai, surtout après les dernières cassures qu’il faudra surveiller, Thomas Vincent, Iban Etcheverry et Théo Belan étant tous sortis sur blessure jeudi.

A deux visages

Cette dernières danse à Armandie aura été à l’image de la saison des Agenais dès qu’il s’agissait de défendre ses couleurs et valeurs sur sa pelouse. Ces dernières années et même la saison passée, les matchs à domicile restaient une solide base pour un SUA . Le concept de la « forteresse imprenable » tant voulu par les différents clubs professionnels dès qu’il est question de recevoir un adversaire, a plus fait défaut aux Lot-et-Garonnais qu’autre chose. En effet, le SUA est le seul qualifié pour les phases finales de Pro D2 en grande partie par son rendement à l’extérieur. Qu’aurait donné ce SUA s’il n’avait pas été la 12ème meilleure formation du championnat à domicile, sur 16… avec seules 8 huit victoires en 15 matchs. En revanche, la 3ème meilleure équipe à l’extérieur aura profité de ses voyages, plus délestée de la pression et souvent victorieuse contre des adversaires directs. C’est une véritable affaire de paradoxe qui aura amené le SUA jusqu’aux phases finales. A présent, il faudra voir plus loin que Béziers et observer attentivement sa prochaine destination. Et finalement, au vu de sa saison, ne serait-ce pas un mal pour un bien que ce SUA aille disputer un quart de finale à l’extérieur plutôt que de son antre ?

Vie de groupe

Les adieux de quatre Agenais

Traditionnellement, le dernier match de la saison à Armandie est aussi un temps de célébration pour ceux qui ne porteront plus le bleu et le blanc en septembre. Ainsi, Loris Zarantonello, futur joueur de Castres, Danré Gerber en fin de contrat ont reçu un cadre à leur effigie. Côté staff, Raphaël Lagarde a lui aussi eu son temps d’honneur après avoir passé nombre d’années au SUA, dont les six derniers mois en tant qu’entraîneur des arrières. Le préparateur physique Ludovic Loustau ne restera pas non plus dans le camp agenais la saison prochaine, étant actuellement en partance vers un autre club.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

67 − 58 =