Fabien Olicard vient mentaliser Agen avec son nouveau spectacle « Archétypes » !

Six spectacles et une première à Agen. Le 26 mai prochain, Agen Agora accueillera le mentaliste et Youtubeur à succès Fabien Olicard. Rencontre avec le joyeux trublion et ses illusions.

0 Shares

Et vous, quel archétype de mentaliste êtes-vous ? C’est ce que va vous proposer de découvrir le mentaliste Fabien Olicard à l’occasion de son tout premier passage en terres Lot-et-Garonnaises avec son spectacle « Archétypes » le 26 mai prochain. Avec humour et bonne humeur, le vidéaste et humoriste fait toucher du doigt à chacun le petit mentaliste caché en lui ! Entretien.

Quidam Hebdo : Vous jouerez votre spectacle « Archétypes » le 26 mai prochain à Agen Agora. Un spectacle qui mêle numéro de mentalisme et humour, mais qu’est-ce que le mentalisme ?

Fabien Olicard : Une belle escroquerie ! (rires) Non, je plaisante, mais ce que je veux dire par là, c’est qu’on ne sait jamais trop ce qu’est le mentalisme. Nous sommes un peu tous mentalistes quelque part, nous avons tous un cerveau et nous nous en servons. Pour mon spectacle, j’utilise des techniques un peu plus poussées qui s’apparentent à de l’illusionnisme, avec des techniques de mémoires pour bluffer mon public.

Q.H : Après Mots de tête, Fabien Olicard vous mentalise, Mental rodage et Singularité, aujourd’hui Archétypes, pourquoi avoir choisi ce nom pour votre nouveau spectacle ?

F.O : Je reprend justement cette idée que chacun de nous peut être un mentaliste. En suivant le fil de « grandes études » que j’ai réalisées (rires), j’ai distingué quatre archétypes de mentalistes avec quatre manières différentes de savoir dans quel type on se trouve et j’invite ainsi mon public à le découvrir tout au long du spectacle.

Q.H : Vous dîtes que nous serions tous des mentalistes ?

F.O : Exactement ! C’est mon idée de base et je persiste et signe, on en fait même plusieurs fois par jour sans s’en rendre compte ! Par exemple, quelqu’un que vous connaissez très bien vous dit que ça va mais vous voyez bien que quelque chose cloche, naturellement, vous allez dire « Non arrête, je sais que ça ne va pas » et c’est du mentalisme ! Ou encore quand il faut convaincre vos amis de se lever à 6 heures du mat’ un dimanche matin pour venir vous aider à déménager ! (Rires). Même pour un entretien d’embauche on fait preuve de mentalisme. Certes, pour ce qui se passe sur scène, cela implique du travail et certains auront plus de facilités que d’autres. On peut comparer ça au piano, on peut tous jouer un morceau de piano mais certains joueront des symphonies à 5 ans et d’autres mettront des années à y parvenir !

Q.H : Cela fait désormais plusieurs années que vous vous produisez justement sur scène et sur Youtube, comment en êtes-vous venus au mentalisme justement ?

F.O : Pour le coup, c’est un peu moins attendu. Je ne savais même pas ce que c’était, mais quand j’étais jeune, j’avais beaucoup de centre d’intérêt scientifique avec un fort attrait pour l’illusionnisme et la magie. Je voulais comprendre les tours de magie qui impressionnait mes parents qui n’en connaissaient pas les rouages. Ensuite petit à petit, je me suis intéressé à la psychologie et au cerveau en devenant adulte et puis petit à petit, avec l’expérience, je me suis un peu auto-proclamé mentaliste. On n’est donc pas dans des cérémonies d’intronisation un peu sombres pour devenir mentaliste (Rires.)

Q.H : Comment passe t-on du format numérique de Youtube à celui de la scène ?

F.O : A vrai dire, c’est une idée reçue de dire que j’ai commencé par Youtube ! J’ai commencé les spectacles il y a 12 ans déjà et je ne me suis lancé sur ce format il y a 6 ans environ, c’était l’occasion de me stimuler en plus du spectacle. En fait, nous étions plusieurs à faire ce pas-là, Pierre Croce le premier et ensuite Vérino, moi-même et bien d’autres avons suivis. On a été un peu à rebours des autres (rires.) Il y a eu cependant un effet indéniable et c’est fou de vivre ça ! J’ai l’habitude d’avoir des moments de rencontre à la fin de mes spectacles et petit à petit, ça a commencé à durer des heures car on a l’impression de se connaître ! C’est vraiment une chouette relation !

Q. H : C’est donc la première fois que vous allez rencontrer le public agenais !

F.O : Oui, tout à fait ! J’ai vraiment hâte de rencontrer le public et de découvrir le coin ! Même si je ne suis pas de très loin, je suis Rochelais, je ne connais pas du tout ! J’ai fait Bordeaux, Toulouse et j’aurais maintenant fait le chaînon manquant, Agen ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 3 = 7