Villeneuve-sur-Lot : le Power Road, un procédé novateur pour chauffer grâce à la route

La municipalité de Villeneuve-sur-Lot, grâce à l'expertise de l'entreprise Eurovia, va mettre à profit la chaleur du bitume pour chauffer le plateau sportif de Courbiac. Une méthode innovante qui pourrait être installée ailleurs dans le futur.

0 Shares

« Les planètes s’alignent pour une première en Lot-et-Garonne ». Cet été fut l’heure des études énergétiques du côté du plateau sportif de Courbiac, avenue de Scorailles, la réalité étant qu’« actuellement, seuls la fourniture d’eau chaude sanitaire et le chauffage des douches sont couverts », rappellent les services de la Ville. Un projet a alors été lancé, consistant donc à chauffer l’intégralité du gymnase, aussi bien la salle de sport que les vestiaires, soit une surface de 880 m2, en ressortant gagnant au niveau du coût énergétique. C’est précisément à ce moment que rentre dans le dossier la société Eurovia et son procédé unique, le Power Road. « Il permet de capter la chaleur de la surface d’une route ou toute autre surface en enrobé pour, soit l’utiliser immédiatement, soit en différé pour usage grâce à un stockage géothermique. La restitution se fait ensuite, à la demande, par une pompe à chaleur. »

Le processus en détail

Pour comprendre le cas du plateau sportif de Courbiac, le système Power Road sera positionné sur 130 m2 au centre du terrain de basket, sous l’emprise du terrain omnisports, adjacent au gymnase. Concrètement « le rayonnement solaire va chauffer le sol pour faire monter entre 60 et 70° l’enrobé de la route lors de fortes chaleurs. L’échangeur thermique, constitué d’un réseau de tubes, similaire à celui d’un plancher chauffant et placé au préalable à quelques centimètres de profondeur de la surface, capte ensuite cette chaleur, détaille Loïc Bernard, responsable développement commercial chez Eurovia. Sous l’effet d’un rayonnement solaire, le fluide caloporteur à l’intérieur des tubes s’échauffe progressivement pour atteindre une température s’élevant jusqu’à 35°. A partir de là, cette énergie est disponible à l’utilisation que l’on souhaite, en la conservant en sous-sol comme une batterie ».

Confiée à Accenta, l’étude de faisabilité a récemment livré les conclusions sur les différents scénarios envisagés, la solution la plus optimale, à savoir la réalisation de 130 m2 de Power Road couplé à 1000 mètres linéaires de forages géothermiques et une pompe à chaleur de 65 KW, a été retenue. Une innovation qui correspond pour la Ville aux objectifs de la ZAN à l’avenir (Zéro artificialisation nette). Aussi l’apport du Power Road sur cette zone permettra de limiter les effets d’îlots de chaleur, et favorisera donc l’utilisation sportive en période estivale.

« L’effet Power Road en chiffres »

Eurovia l’assure, à coût égal, la surface chauffée sera dix fois plus grande grâce à l’utilisation du Power Road, pour une réduction significative de la facture énergétique. Ainsi, ce dispositif promet : une réduction de 90 % des émissions de CO2 ; des dépenses d’exploitation maîtrisées grâce à un taux d’énergie renouvelable à 70% ; la mise en conformité avec le Décret Tertiaire échéance 2050 en atteignant les objectifs de la ZAN et une réduction en énergie finale de -72 % (23 MWh/an contre 83 MWH/an en solution gaz et électricité

« Le dispositif de capteurs sera positionné puis recouvert d’un enrobé à chaud, vraisemblablement aux vacances de la Toussaint 2023. Cette opération reste sans incidence sur la pratique sportive des collégiens pendant le temps scolaire. En 2024, les équipes devront construire le local technique qui accueillera le nouvel équipement, réaliser l’hydraulique (ballons, pompe à chaleur et autres équipements hydrauliques du local technique) et entamer les forages géothermiques. » Un chantier d’un coût total de 450 000€, subventionné à hauteur de 67 %, pour une mise en service prévue durant le cours de l’année 2024, avec une utilisation du dispositif assurée dès l’hiver 2025. Si le projet se révèle concluant, il pourrait être reproduit au gymnase de Choisy « qui connaît les mêmes problématiques », laisse entendre Michel Laville, adjoint aux sports et la vie associative à la mairie de Villeneuve-sur-Lot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

66 + = 74