Rugby : le SUA engage George Tilsley malgré sa condamnation par la justice

Ce week-end, le club a officialisé le retour d'un joueur bien connu de la maison agenaise en la personne de George Tilsley. Une expérience de la « dernière chance » pour celui qui a été condamné pour violences conjugales.

0 Shares

Il avait quitté le SUA durant l’été de la saison 2018, à cette même époque où les Agenais terminaient à la 11ème place du Top 14. Par la suite, l’ailier originaire de Papouasie-Nouvelle-Guinée avait connu une courte expérience d’un an du côté de l’Union-Bordeaux-Bègles, avant de se refaire un nom sous les couleurs catalanes de Perpignan jusqu’à cette intersaison estivale. C’est alors qu’il est recruté en la qualité de joker Coupe du monde par le Stade Toulousain, seulement, son aventure chez les « Rouge et Noir », n’aura été que de courte durée et sans la moindre minute sous le maillot des champions de France en titre. Placé en garde à vue le 10 août dernier, George Tilsley a ainsi été condamné à six mois de prison avec sursis pour violences sur sa conjointe. Une nouvelle que le président du Stade Toulousain Didier Lacroix, n’a lui pas laissé passer assurant que le joueur ne porterait pas les couleurs du club. Ainsi, George Tilsley s’est retrouvé en recherche d’une nouvelle équipe et c’est à ce moment que le SUA est venu taper à sa porte.

Agen, sa première et dernière opportunité

Il faut dire qu’entre le Néo-zélandais et le SUA, les rumeurs de discussions pour retour enflaient depuis plusieurs mois désormais. Ces dernières semaines, ce dernier a même été aperçu dans les tribunes d’Armandie à l’occasion d’un match de ses nouveaux partenaires. C’est ce week-end que le club lot-et-garonnais a rendu la nouvelle officielle. Le club, par son président Jean-François Fonteneau, évoque surtout une dernière chance pour le joueur. « Il y a huit ans, c’est le SUA LG qui a donné sa première chance à George dans un club professionnel français. Nous avons donc une histoire particulière avec lui. Nous connaissons tous sa situation, mais aujourd’hui, il revient chez lui, à Armandie, et nous avons conscience d’être le club qui lui donne sa dernière chance. George sait qu’il doit plus personne être irréprochable, sur et en dehors des terrains. Cette responsabilité est la sienne, le club sera intransigeant sur son comportement comme il l’est avec l’ensemble des joueurs qui portent l’image du SUA LG. » Pour rappel, le joueur d’1m96, évoluant aussi bien à l’aile qu’au centre, a inscrit 29 essais par le passé avec les « Bleu et Blanc » et a fait partie de l’épopée victorieuse du SUA pour accéder au Top 14 en 2017. Déjà à l’entraînement, le joueur pourrait figurer sur les feuilles de matchs dans les prochaines semaines.

Des association montent au créneau

Cette annonce n’a comme attendu pas manqué de faire réagir localement Dans le monde associatif local, La Mèche et le Planning familial 47 se sont indignées de ce transfert dans un communiqué commun relayé sur leurs réseaux sociaux respectifs. « Dans un contexte de lutte quotidienne contre les violences conjugales à Agen et dans tout le département, ce recrutement est inacceptable. En 2022, le Lot-et-Garonne comptait parmi les dix départements connaissant la plus forte hausse des signalements de faits de violences conjugales. Ainsi, sur 1 000 Lot-et-Garonnaises de 15 à 64 ans, 10,8 femmes ont signalé des violences conjugales en 2021, alors que la moyenne nationale est de 8,4 victimes. Par ailleurs, chaque jour, les femmes continuent de mourir sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint : 101 féminicides en France depuis début 2023, un chiffre constant depuis des années. La lutte contre les violences conjugales est l’affaie de tous et toutes et ne relève pas seulement de la sphère privée et familiale », précise ledit texte, affirmant que « mettre à l’affiche George Tilsley banalise et minimise ces violences. » Le communiqué poursuit : « Cela est d’autant plus honteux que la charte de la Fédération Française de rugby est très claire au sujet des valeurs qu’elle souhaite transmettre : A tous les niveaux et bien sûr aux plus hauts niveaux, plus exposés médiatiquement, les acteurs du rugby et notamment les pratiquants, doivent avoir particulièrement conscience de l’image qu’ils présentent. Leur comportement à valeur d’exemple, aussi bien de manière positive que négative et ce comportement se doit d’être irréprochable. Les dirigeants doivent en avoir pleinement conscience et le SUA doit questionner l’image qu’il veut donner ». Cette tribune exprime le désaccord et l’indignation des associations lot-et-garonnaises luttant contre les violences intrafamiliales. Elle relaie également le sentiment de plusieurs supporters qui sont choqués par cette décision diamétralement opposée aux valeurs de respect dans lesquelles ils et elles se reconnaissent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 1 =