Le « nez » de GRDF a reniflé les rues de Villeneuve-sur-Lot

Du 5 au 7 décembre 2023, GRDF a inspecté le réseau de gaz de la commune de Villeneuve- sur-Lot à l aide d'un « Véhicule de surveillance de réseaux ». La camionnette a « reniflé » la totalité du réseau pour détecter les fuites de gaz.

0 Shares

C’est une mission majeure qui s intègre dans le cadre de la politique sécurité de GRDF. « 10 000 fois plus sensible que le nez humain », le VSR (Véhicule de surveillance de réseaux) est un véritable laboratoire embarqué. Il est capable de repérer une odeur de gaz extrêmement faible et de la localiser avec une grande précision grâce à ses ordinateurs de bord, quel que soit le revêtement de la chaussée. Les informations ainsi recueillies peuvent être communiquées dans les plus brefs délais à une équipe d’intervention pour effectuer, si nécessaire, des réparations sur le réseau. Le véhicule a ainsi parcouru les 136 km de réseau de distribution de gaz, alimentant les 5275 clients de la commune de Villeneuve-sur-Lot pendant deux jours. Dans les zones non accessibles au véhicule, des techniciens GRDF parcourent à pied le réseau de gaz, équipés d’appareils portatifs de détection.

Un laboratoire qui a du nez

Le VSR est une camionnette spécialement conçue pour détecter les fuites de gaz. Pouvant circuler jusqu’à 25km/h, elle a deux équipiers à son bord : un conducteur et un opérateur analyste GRDF. Le véhicule aspire l’air ambiant, en « reniflant » la chaussée grâce à des sondes de prélèvement situées à l’avant du véhicule, au plus près du sol. Les informations recueillies par les « barbiches » sont analysées par un détecteur laser de méthane embarqué dans le véhicule. Les données recueillies s’affichent instantanément sur l’ordinateur de l’opérateur analyste. En cas de concentration anormale de méthane (soit à partir de 1 ppm), un opérateur analyste est averti par une alarme sonore et visuelle. Afin de réduire la zone d’investigation, l’opérateur confirme alors cet indice à l’aide d’une détecteur de gaz portatif. Dans tous les cas, une équipe d’intervention se déplace sur l’indice détecté, et si besoin, approfondit les recherches pour effectuer les réparations nécessaires. Tout au long de la surveillance, les données recueillies sont automatiquement enregistrées via un logiciel informatique pour assurer la traçabilité des tournées réalisées et faciliter le suivi de l’activité à l’aide d’un plan de maintenance établit.

Le gaz vert dans le Lot-et-Garonne, une énergie d’avenir

Et avec le développement du gaz vert sur le territoire, c’est l’accès dès aujourd’hui à une énergie renouvelable, produite localement et créatrice d’emploi non délocalisable. Dans le Lot-et-Garonne, trois unités de méthanisation injectent du gaz vert dans le réseau de gaz existant, à Astaffort, Villeneuve-sur-Lot et Villeréal, représentant 8,6% du gaz circulant dans les réseaux. Ce chiffre grimpera à 13,8% dès la fin 2026. La production de gaz vert de l’unité de méthanisation Biovilleneuvois à Villeneuve-sur-Lot représente 30% de la consommation de gaz de l’agglomération de Villeneuve. Six autres unités sont en projet, avec un objectif de 30% de gaz vert dans les réseaux à horizon 2030. Le département, par son identité agricole, pourrait même être exportateur de gaz vert en 2050.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

63 − 56 =