RN 21 : Démarrage imminent pour les travaux du créneau de Monbalen

Les chantiers de la RN 21 poursuivent leur bout de chemin. A compter de février, seront attaqués les travaux de mise à 2x2 voies du créneau de Monbalen pour se terminer à l'automne 2025.

0 Shares

Après la finalisation du rond-point à la sortie de La Croix-Blanche en fin d’année dernière et la réfection du bitume sur la route du Club 47, les ouvriers pourront dans deux semaines commencer à dessiner les axes du futur créneau de Monbalen. En décembre dernier déjà, les engins de chantier avaient déjà fait leur apparition dans la zone pour enclencher des actions de déboisement et de défrichement. On parle ici d’un gros morceau du projet avec une mise à 2×2 voies entre le giratoire des Garrostes et le futur giratoire de Monbalen. Cette intervention s’inscrit dans le programme de l’État pour la modernisation de la RN21 entre Agen et Villeneuve-sur-Lot.

Sur une longueur de 2 km, le créneau de Monbalen en 2×2 voies, contournera l’actuel tracé de la RN21 par son Ouest. (reproduction Quidam L’Hebdo)

Le chantier en étapes

Dans un premier temps, la première étape consistera à réaliser un ouvrage d’art sur lequel passera la future RN21 à proximité du vallon de Fontirou. Les terrassements de la nouvelle route à 2X2 voies seront faits à l’été et à l’automne 2024, avec, en suivant, les travaux de voirie (assainissement, chaussée, équipements de sécurité et signalisation). En parallèle, seront menés les travaux d’agrandissement du giratoire existant des Garrostes au nord et la création du giratoire de Monbalen au sud pour raccorder la portion neuve aux sections existantes. Le chantier comprendra toutefois contraintes et enjeux, notamment au sujet des terrassements avec de conséquents volumes et la présence d’argile. Ces travaux se feront tout en conservant la circulation actuelle sur la RN 21 existante jusqu’à la fin du chantier annoncé pour l’automne 2025.

En attendant cela, plusieurs mesures environnementales sont elles déjà en cours (plantation d’espèces végétales, mise en place de clôtures à batraciens et protection de milieux sensibles en limite des futures emprises travaux). Enfin, des travaux préparatoires de reconnaissances de terrain (levés topographiques et sondages géotechniques complémentaires) seront réalisés cet hiver.

Le montant des travaux s’élève à 36M€, cofinancé par l’État (60%), le Département de Lot et Garonne (26,04%), la Communauté d’agglomération d’Agen (11,4%) et la Communauté d’agglomération du Grand Villeneuvois (2,56%).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

23 + = 27