Pont de pierre : le Département confirme l’ouverture du pont pendant les travaux

Dans un soucis d'éclaircissement de la situation, le Conseil départemental a souhaité faire un point concernant les futurs travaux du Pont de pierre et de leur déroulement.

0 Shares

Le Département a décidé de « remettre l’église au centre du village ». Depuis quelques semaines, de nombreuses questions se posaient à l’annonce plus ou moins officielle de travaux sur le Pont de pierre et notamment, l’une concernant l’hypothétique fermeture de l’ouvrage qui inquiétait grandement. « Il est temps de couper court aux rumeurs », a commencé Daniel Borie, vice-président du Conseil départemental en charge de l’aménagement du territoire, entouré de Jean Dionis, maire d’Agen, Francis Garcia, maire du Passage, Béatrice Lavit et Jean-Jacques Mirande, conseillers départementaux . « 30 000 véhicules l’empruntent tous les jours, il est impensable de fermer le pont pendant les travaux. » L’ouvrage, construit entre 1969 et 1972, est en effet un maillon indispensable aux échanges entre les deux rives de l’agglomération agenaise. En amont des travaux, qui ne se feront qu’une fois Camélat inauguré, une étude de la circulation va être réalisée. « Aujourd’hui, le flux de véhicules entrant et sortant d’Agen est le même », expose Jean-Jacques Mirande. « Nous allons donc observer comment vont se reporter les flux de circulation une fois Camélat ouvert. »
« Nous n’allons pas faire une opération coup de poing comme l’on peut le faire par ailleurs », appuie Bénédicte Laurens, directrice des infrastructures et de la mobilité au Département. « Nous allons travailler par phases d’ici à 2025, cibler les tranches les plus problématiques techniquement pour les réaliser pendant les vacances scolaires. Nous aurons sans doute des phases jusqu’en 2026 ».

Le pont sera soulevé

Comme tous les ouvrages du Département, le Pont de pierre fait l’objet d’une surveillance particulière. La prochaine intervention prévue est une importante opération de maintenance visant à : reprendre les entretoises de part et d’autre de l’ouvrage, de reprendre le système d’évacuation des eaux pluviales, reprendre l’étanchéité, la superstructure de l’ouvrage, les joints de chaussée, les corniches et les gardes corps et renouveler la couche de roulement, renforcer le tablier par collage de fibres en carbone. La partie la plus impressionnante de ces travaux sera sans doute le soulèvement du pont (1 ou 2 cm seulement). Cette opération aura pour but de remplacer des galettes, qui, sous l’effort se sont dilatées et usées.

Solutionner les problèmes de sécurité 

Ces travaux interviennent également pour améliorer la sécurité des mobilités douces sur le pont. « Il s’agit d’un point noir de la circulation des vélos », expose le maire d’Agen. « C’est une obligation de travailler sur la mobilité douce et les transports en commun sur le Pont de pierre », explique Daniel Borie. « Aujourd’hui, la voie de bus est en entonnoir et forme un goulet d’étranglement. Nous allons profiter des travaux afin de reprendre le profil en travers de l’ouvrage et d’intégrer des traversées sécurisées pour les modes doux. »
« On ne peut pas élargir le pont donc nous allons travailler avec l’existant. » , explique Bénédicte Laurens. « Concernant les trottoirs, partie aval (du côté de la passerelle Michel Serres) une voie verte va être créée. Les quatre voies de circulation vont être conservées. Côté amont sera aménagée une piste cyclable monodirectionnelle car la largeur du pont ne permet pas deux voies vertes. » Après ces travaux, « le pont de Beauregard sera le moins pratique pour les mobilités douces », jugent Jean Dionis et Francis Garcia. Cette contribution du 21eme siècle au pont de pierre aura un coût de 3,3M€ financés par le Département. L’Agglomération se chargera quant à elle des travaux relatifs au réseau de chaleur urbain dont l’installation passera notamment sur le pont. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

86 − = 80