Clôture des parties majoritaires d’échecs : les élèves ont affronté le maire d’Agen une dernière fois !

Depuis 2018, la Ville d’Agen permet aux élèves de se plonger dans le monde des échecs, à l’occasion de parties majoritaires face à Jean Dionis. Pour conclure l’année, les élèves ont joué leurs derniers coups mardi 11 juin.

0 Shares

Depuis 2018, la Ville d’Agen propose, en collaboration avec l’Education Nationale, la mise en place d’ateliers d’échecs au sein de plusieurs écoles élémentaires. Cette année, les classes de CM1-CM2 de neuf écoles d’Agen (Elisée Reclus, Sembel, Joseph Bara, Simone Veil, Paul Bert, Edouard Herriot, Edouard Lacour, Gaillard et Paul Langevin) prennent part à cette action.

Ainsi, de novembre à février, 632 élèves de CM1-CM2 se lancent dans la découverte du monde des échecs, notamment grâce à l’apprentissage des règles du jeu en cours. Puis, de février à juin, les élèves affrontent le maire d’Agen, Jean Dionis du Séjour, dans le cadre de parties majoritaires.

Déroulé et clôture des parties majoritaires  

Ces parties se déroulent sur Internet, les enfants de chaque classe font équipe et décident à la majorité du coup à jouer. Le coup retenu est joué contre le maire, qui, de son côté, avance une pièce par semaine : ces parties font donc l’objet d’échanges hebdomadaires.

Pour mener à bien ce projet, du matériel adapté est mis à disposition dans les écoles, à savoir : des tables d’échiquiers ainsi que des jeux d’échecs géants tracés dans les cours de récréation, ce qui permet aux élèves de s’entraîner et de construire leur stratégie. Ainsi, durant 26 semaines, les enfants sont invités à argumenter et à s’écouter les uns les autres afin de réfléchir ensemble au meilleur coup à jouer, puis les parties s’achèvent par un tournoi qui réunit l’ensemble des élèves.

Mardi 11 juin, les élèves participant à ce projet se sont donc réunis à la plaine des sports d’Armandie, de 9h à 12h, pour la clôture des parties majoritaires. Trois groupes se sont succédé, alternant jeu d’échecs, activités jeunesse et parties contre Jean Dionis du Séjour. Les élèves ont ainsi pu jouer leurs derniers coups, avant de participer à la remise des prix. Tous les enfants ont bénéficié d’une médaille, les félicitant de leur apprentissage.

Un outil au service du programme scolaire

Mais si les échecs sont mis à l’honneur, c’est avant tout parce qu’ils représentent une opportunité pour favoriser la réussite scolaire. A tel point, que cette discipline est devenue une option au baccalauréat depuis 2017. Cette animation autour du jeu d’échecs vise donc à favoriser un parcours éducatif riche et varié pour tous les élèves. De nombreux bénéfices ont en effet été identifiés dans le cadre de cet apprentissage, comme le développement de la concentration et de la mémoire, ce qui conduit à un esprit d’analyse renforcé ainsi que des progrès en matière de méthodologie. 

Cette activité aide aussi à mieux appréhender le calcul mental, les mathématiques et la géométrie. Un autre objectif de cette discipline est de valoriser tous les élèves, y compris ceux en difficulté, mais aussi d’éveiller chez eux la faculté d’assumer leurs erreurs et leurs défaites comme leurs victoires.  On remarque ainsi des effets positifs en matière de comportement avec davantage d’entraide et de solidarité entre les élèves, sans stigmatisation.  Les échecs favorisent également de manière ludique l’apprentissage de la démocratie puisque le système des parties majoritaires est similaire à celui d’une élection de par l’exercice du vote.  Enfin, cette activité permet le développement de la citoyenneté grâce aux échanges hebdomadaires avec le premier édile agenais et permet aussi de tisser des liens entre les élus et les jeunes administrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 4 = 4