Présidentielles : Les soutiens de Macron déjà en marche

Après un premier comité de soutien à Emmanuel Macron créé sur le Villeneuvois, un second a vu le jour fin 2020 à l'initiative de Michel Lauzanna. Ils ont eu des premiers échanges avec les élus du coin.

0 Shares

Si le président de la République tarde à officialiser sa candidature, mobilisé ces dernières semaines par l’actualité brûlante à l’international, en coulisses, ses soutiens travaillent déjà depuis quelques mois pour prendre la température et organiser des rencontres. C’est le cas en Lot-et-Garonne, où plusieurs comités ont vu le jour. Sur l’Agenais et l’Albret, il a été créé à l’initiative du député de la 1ère circonscription Michel Lauzanna, rejoint par Emmanuelle Cugurno, en charge de l’enfance et de la jeunesse à la Ville d’Agen, Corinne Griffond, conseillère municipale au Passage d’Agen, et Jean-François Garrabos, maire de Feugarolles et vice-président d’Albret communauté en charge du tourisme. « Nous avons commencé à en parler autour de nous, tout d’abord auprès d’élus, puisque, appartenant à l’association nationale des comités de soutien, on nous propose de remonter des idées pour faire évoluer le programme du Président », explique Corinne Griffond. En ce début d’année, ils ont organisé une première réunion pour réfléchir sur quelques thématiques, comme l’accessibilité et la qualité des services publics, ou encore les moyens des collectivités locales. Une quinzaine d’élus ont répondu présents, pour apporter leurs témoignages et partager leurs expériences. « Nos rencontres sont ouvertes à tous, adhérents ou non. Il s’agit avant tout d’échanges informels, avant de demander un ralliement. » Parmi les premières propositions : pour lutter contre la désertification médicale, proposer un soutien aux médecins de territoires ruraux qui accepteraient d’être tuteur d’un jeune diplômé, ou encore créer des ZEP rurales (zones d’éducation prioritaire) notamment pour favoriser le dédoublement de classes.

Une démarche européenne forte

En tout cas, le comité est bien déterminé à défendre la cause de leur candidat, qui a connu un mandat quelque peu délicat avec les Gilets jaunes et la crise sanitaire à gérer. « Même si nous ne sommes pas d’accord avec toutes ses propositions, il est le seul à même de relever le défi selon moi, affirme Jean-François Garrabos. La pandémie, d’un point de vue économique a été gérée de manière à mettre à l’abri beaucoup d’entreprises qui auraient certainement explosé. Au cours de ces quatre ans, des mesures fortes ont été prises comme la suppression de la taxe d’habitation, l’augmentation du budget de la justice et des forces de sécurité… Il reste bien sûr des choses à faire, mais on ne peut pas dire que ce mandat n’a servi à rien. » La démarche européenne reste aussi forte, du côté du Président sortant comme de ses partisans. « S’inscrire dans un projet commun est nécessaire pour ne pas être dans une Europe de marchandises mais dans une Europe de nations. » Avec les 500 parrainages obtenus avant même l’officialisation de la candidature d’Emmanuel Macron, les membres du comité se veulent rassembleurs et vont jouer sur la proximité pour continuer à prendre le pouls sur leur territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 2 = 2