Départements de France à Agen : Coulisses d’un événement hors-norme

Le Lot-et-Garonne a été choisi pour organiser les Assises des Départements de France du 12 au 14 octobre. Plus qu'une réunion d'élus, cette manifestation de grande envergure promet déjà d'importantes retombées pour le territoire, tant financièrement qu'en termes d'image.

0 Shares

« C ’est l’évènement du siècle ! » Voilà le mot qui circule dans les coursives du CD47. Et il n’est pas complètement galvaudé. Avec 103 Départements dans le pays et une organisation tournante, il faudra en effet attendre une bonne centaine d’années avant d’obtenir une seconde édition. C’est l’une des raisons pour laquelle l’affaire est prise très au sérieux… mais pas la seule. Cette cuvée 2022 ne sera pas unique seulement aux yeux des locaux car c’est tout le format du congrès des Départements de France qui change. On parle désormais d’ « Assises », avec un contenu densifié et, surtout, beaucoup plus de participants. Là où les précédentes moutures mobilisaient 600 personnes environ, pas moins de 1500 sont attendues cette fois !

1 500 congressistes attendus
2 000 nuitées au minimum

Le contexte, quelques mois après les élections présidentielle et législatives et avant les projets de loi de finance de cette nouvelle mandature, rend ce moment politique encore plus exceptionnel que d’ordinaire. Avec d’importantes têtes d’affiche parmi les invités, dont la Première ministre Elisabeth Borne, « ce qui est loin d’être le cas systématiquement », plusieurs membres du gouvernement ou encore le président du Sénat Gérard Larcher, personne ne veut rater cette occasion de faire un peu de lobbying pour des causes nationales et territoriales. La « rumeur » Emmanuel Macron, bien que très peu probable, renforce d’autant plus cette dimension incontournable.

Un pack uni et solidaire

En tant qu’hôte, le Lot-et-Garonne aura ainsi une très belle carte à jouer et une opportunité de se montrer. C’est d’ailleurs pourquoi la présidente Sophie Borderie et son équipe ont décidé de postuler il y a plus d’un an pour recevoir ces Assises. Cette candidature ne s’est pas faite en solitaire. « Très vite, nous avons décidé d’associer plusieurs partenaires dans notre démarche. Il y avait des personnalités comme Francis Cabrel et Béatrice Uria-Monzon mais aussi et surtout d’autres collectivités comme la Ville ou l’Agglo d’Agen. Nous avons formé un véritable pack lot-et-garonnais », expliquent les principales chevilles ouvrières de ce projet. Les parties ont su faire fi de leurs divergences pour afficher une grande solidarité tout au long du processus. « Les relations ont été excellentes tout du long », affirme-t-on en coulisses.

500 000 € de retombées économiques estimées pour le territoire
650 000 € de budget global dont 150 000 € de reste à charge pour le Département

Une confirmation de plus que l’union fait bien la force… Officiellement retenu à la fin du premier trimestre, le Conseil départemental s’est alors mis sur le pied de guerre. Une cellule dédiée à cet événement s’est constituée et opère depuis près de six mois dans un QG de fortune établi dans la salle Garonne. Sur la vingtaine de personnes qui composent le noyau dur, la très grande majorité sont des agents de la collectivité renforcés çà et là par des compétences extérieures. De manière ponctuelle à mesure que l’échéance approche, on s’attend à ce que 150 collaborateurs soient mobilisés.

Les petits plats dans les grands

Si l’ADF (Assemblée des Départements de France) garde la main sur le programme, il revient au CD47 d’assurer les aspects logistiques et réceptifs. Afin de faire bonne impression et confirmer la réputation du Lot-et-Garonne en matière d’accueil, les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands. Le centre des congrès d’Agen sera investi dans sa totalité avec quelques petites surprises. La première, un marché des producteurs afin que l’ensemble des visiteurs puissent repartir avec un petit bout de 47 dans leurs bagages. La seconde, un « village partenaires » où près de 70 entreprises locales, dont les principaux fleurons, exposeront leurs savoir-faire et leur capacité d’innovation. Il y aura même un espace dédié aux rendez-vous d’affaires, parce qu’après tout, on ne sait jamais…

20 personnes composent la cellule d’organisation depuis six mois
150 agents mobilisés autour de l’évènement

La partie hôtellerie était un autre gros défi … 1500 congressistes venus de toute la France, y compris des DOM-TOM, ça en fait du monde à loger. Et la plupart sur deux nuits puisque les hostilités commencent dès le jeudi à 8h. Une plateforme de réservation en ligne a ainsi été créée sur le site du CDT (Comité départemental du tourisme). Cet outil intuitif permet de concocter un séjour clé en main et « all inclusive » pour tous les participants. On annonce déjà plus de 2000 nuitées au total. A cela s’ajoute la restauration. Le Département organisera trois repas au centre des congrès : deux déjeuners et un grand dîner de gala, tous accompagnés d’apéritifs destinés à mettre en avant le terroir. Il y aura également une « soirée des présidents », le mercredi 12, qui passera par une visite de l’Agropole, de l’Enap et du stade Armandie avant festoyer au château d’Aubiac.

D’importantes retombées attendues

Toutes ces festivités ont un coût, surtout si l’on tient compte des fortes ambitions éco-responsables. Pour l’ensemble de la manifestation, on parle d’un budget avoisinant les 650 000 euros. « Il faut néanmoins savoir que le modèle économique ne laisse un reste à charge que de 150 000 euros au Conseil départemental, assure-t-on à l’organisation. Et il est important de mettre cette somme en perspective avec toutes les retombées pour l’économie locale.

Tous les prestataires à qui nous faisons appel dans la restauration, l’évènementiel et la scénographie, les producteurs qui nous fournissent, les hébergeurs, les transporteurs qui assureront les navettes… Nombreux sont ceux qui vont profiter directement de cette manifestation. Au bas mot, on peut tabler sur 500 000 euros de retombées direct pour le territoire. Et il n’est pas impossible que certains décident de rester le week-end si le cœur leur en dit. » Avant même le coup d’envoi, ces Assises sont vues comme une aubaine…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 5 = 1