Le groupe Airplane met le cap en direction de l’aéroport d’Agen

Spécialisée depuis 20 ans dans la peinture aéronautique et depuis 2016 dans la maintenance de ces appareils, la société toulousaine Airplane implante une partie de ses activités à l'aéroport La Garenne. Un véritable pari sur l'Agenais pour le développement du groupe qui voit plus grand.

0 Shares

« Le site d’Agen est apparu comme une évidence, avance Alain Gaudon, directeur général du groupe Airplane. Stratégiquement, nous sommes entre Bordeaux et Toulouse et seulement à 15 minutes de vol de la base de Francazal (ndlr, à Cugnaux) où la majeure partie de notre société est basée, donc nous restons dans une zone aérienne très importante. » De ce fait, le groupe Airplane prend possession d’un hangar de 2500 m2 et d’un parking de stockage d’avions pour résoudre les problèmes de saturation de l’aéroport Toulouse-Francazal.

Une solution complète

Ayant peint plus de 2 700 avions dans le monde, Airplane fait figure de référence en la matière. Aussi, elle accompagne les constructeurs, loueurs d’avions et compagnies aériennes dans leurs travaux de maintenance et réparation des aéronefs. Un savoir-faire varié qui fait la fierté d’Alain Gaudon : « On offre une solution complète qui va de la peinture à la maintenance. On sait changer les moteurs, les cabines et réaliser une transition d’un appareil à un autre. » En travaillant sur 270 avions chaque année, le groupe a développé une offre inégalable en matière de délais de livraison, et ce, grâce à ses ateliers dont Agen est le dernier en date. Les diverses activités étant réalisées sur le même site, les clients réduisent leurs coûts de convoyage. En moyenne, Airplane travaille sur neuf avions en simultané. D’ailleurs, déjà deux d’entre eux ont été peints à Agen. Son statut sur le marché lui permet d’œuvrer régulièrement sur des Airbus A320, des ATR (avion de transport régional) et des Embraer.

Une vingtaine de postes à pourvoir

Si l’entreprise a atterri à Agen, ce n’est pas seulement pour compenser ses problèmes d’espace en Haute-Garonne. Alain Gaudon espère bien rapidement faire passer son effectif de 100 à 130 collaborateurs. Pour autant, ce dernier ne souhaite pas qu’importer ses employés toulousains en Lot-et-Garonne, il veut recruter local. Pour ce faire, un job dating est organisé le mardi 18 octobre de 9h à 12h dans leurs locaux. Trois types de profils sont recherchés : des personnes manuelles, des peintres (aucune qualification ou diplôme spécifique ne sont requis) et des mécaniciens titulaires d’un bac pro aéronautique qui compléteront alors leur formation auprès d’Airplane. De plus, cinq ou six personnes pourront être engagées dans des services de supports.

Une aubaine pour l’aéroport en proie aux « turbulences ».

Le vice-président du Conseil d’Agglomération d’Agen Henri Tandonnet et le président de la CCI 47 (Chambre de commerce et d’industrie du Lot-et-Garonne) Frédéric Pechavy ne cachent pas leur joie à l’arrivée de cette nouvelle entreprise sur le site de La Garrenne. « L’aéroport a connu une sacrée période de turbulences avec l’arrêt de sa ligne jusqu’à Paris, se rappelle le vice-président. Depuis, nous sommes dans une phase euphorique avec l’école d’aviation qui tourne plus que jamais et maintenant avec l’implantation d’Airplane. » Son homologue de la CCI, lui, précisera que « c’est un bon début pour refaire de l’aéroport un pôle d’attractivité et remettre petit à petit Agen sur la carte. » Cependant, la situation de l’aéroport agenais pose aussi quelques soucis à la société toulousaine. « Il y a deux volets qu’il faut rapidement étudier. Celui de l’arrivée des avions porteurs de marchandises et donc sous douanes, et celui des arrivées d’avions avec des passagers qui entrent donc dans l’espace Shengen. Pour le moment, La Garenne ne permet pas d’accepter ces deux cas de figure et cela met en péril notre rayonnement international », regrette le directeur d’Airplane. Ce à quoi Henri Tandonnet répond que « le premier problème évoqué sera réglé dans les prochains jours, quant au second, les négociations vont prendre bien plus de temps. »

Une histoire qui décolle depuis 2002

Placée sous la conduite de son président Charly Aslan aujourd’hui, Airplane est une affaire familiale. C’est Ersun Aslan qui l’a débutée il y a plus de 20 ans. Il était le premier à créer une entreprise de peinture éphémères et modulaires de cabine, capables de s’adapter à n’importe quel type d’aéronef. Depuis 2011 et leur installation à l’aéroport de Toulouse-Francazal, ils augmentent drastiquement leurs capacités d’accueil. Le groupe a élargi en 2016 son champ d’expertise en créant Airplane Delivery, son service de maintenance. Cette diversification lui permet de libérer, sans interventions extérieures, les avions après peinture. La société ne cesse d’accroître ses activités depuis et affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires de 16 M€ sur l’année 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 6 = 1