« Avide », ou le nouveau projet d’irrigation d’Agen par les eaux usées

Le virage écologique de la Ville d'Agen se poursuit. Un tout nouveau projet nommé « Avide » est à l'étude. Ce dernier porte sur la réutilisation des eaux usées et des eaux de pluie pour arroser les espaces verts du centre-ville.

0 Shares

Suite à l’appel à projet lancé par l’Agence de l’Eau Adour Garonne intitulé EC’EAU, qui a pour vocation de permettre l’émergence de projets intégrés de réutilisation des eaux usées, la Ville d’Agen a été labellisée pour son projet « Avide Agen, ville végétale et désirable ». Le but est de réaliser, en partenariat avec l’IFTS (Institut de la Filtration et des Techniques Séparatives), installé à Foulayronnes, une étude pour l’utilisation d’eaux non-conventionnelles (eau usée traitée directement prélevée sur les collecteurs d’eaux usées de la ville et eau pluviale) pour l’arrosage des espaces végétalisés d’Agen. Ce projet s’intègre dans les objectifs du SAGE Adour-Garonne (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux), notamment sur le déploiement des mesures de préservation de la qualité de l’eau et la contribution à la lutte contre le déficit en eau.

Le projet en détail

Pour la Ville d’Agen, la consommation d’eau totale (usagers + Ville) est actuellement estimée à une base de consommation annuelle de 1 431 116 m3 pour 16 934 abonnés en 2019. L’eau consommée provient des usines de traitement qui exploitent des eaux de surface (Garonne). Les besoins en eau d’arrosage pour l’ensemble des espaces végétalisés d’Agen représentent 74 000 m3, prélevés sur le réseau de distribution d’eau potable de l’Agglomération et des forages dans la nappe d’accompagnement. Cela constitue une pression non négligeable sur les ressources destinées à l’alimentation en eau potable. « L’opportunité de recourir à l’usage d’eaux non-conventionnelles constitue un enjeu d’avenir qui permettra à la Ville de réussir son défi sur la transition écologique et de mieux maîtriser ses ressources en eau », appuie le dossier du projet Avide.

Cinq mois d’études

Séduite par l’idée d’utiliser ce « large réservoir d’eaux inexploitées », la municipalité s’est rapprochée de l’IFTS pour concevoir une étude technico-économique. Elle portera sur la réalisation d’essais sur différents pilotes et démonstrateurs qui seront testés au centre d’essais Roger Ben Aïm. A l’issue de cette phase expérimentale, le concept pourra être déployé prioritairement sur le site du Square du Pin et progressivement sur les autres espaces végétalisés de la ville. A terme, le projet concernera l’ensemble du territoire de la préfecture, soit actuellement 125 ha répartis sur 13 sites qui couvrent le centre-ville. Enfin, en plus de lutter contre les effets indésirables des îlots de chaleur urbain, le projet Avide permettra d’économiser 10 000m3/an d’eau en provenance du réseau de distribution d’eau potable. La phase d’études débutera en janvier 2023. Si les résultats s’avèrent concluants, la phase opérationnelle, elle, commencera en juin 2023.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 40 = 41