Agen : Le récit glaçant de la tentative d’assassinat dans la nuit de samedi à dimanche

Dans le quartier Jasmin à Agen, une femme de 41 ans a été victime d'une tentative d'assassinat par son ancien conjoint, qui lui a assené six coups de couteau, à la sortie d'un bar.

0 Shares

C’est un véritable drame qui s’est noué à Agen, dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 janvier. Un peu avant 2h du matin, une femme de 41 ans habitant le Néracais et mère de deux enfants, a été victime d’une agression à l’arme blanche, à la sortie d’un bar dans le quartier Jasmin. Elle est toujours en réanimation à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux, après avoir subi trois opérations chirurgicales. Rapidement interpellé, le mis en cause est l’ancien conjoint de la victime. « Selon ses dires, ils se seraient séparés il y a six ou sept mois », révèle le procureur Olivier Naboulet qui a donné une conférence de presse ce lundi pour livrer les détails glaçants de cette affaire.

En garde à vue, l’homme âgé de 54 ans et habitant Agen n’a pu livrer que peu de détails aux enquêteurs. Il était en état d’ivresse manifeste aux moments des faits. « Il dit qu’il ne se souvient de rien tant il avait bu. Il a également affirmé qu’il n’avait pas l’intention de faire de mal à sa victime », a complété les procureurs. Les premiers éléments de l’enquête, se basant sur les témoignages et la vidéo-surveillance, semblent pourtant indiquer le contraire. « Le mis en cause est actuellement en cours de présentation au juge d’instruction pour tentative d’assassinat. Il encourt la peine maximale, soit la réclusion criminelle à perpétuité. » C’est la notion de préméditation qui a poussé le parquet à prendre cette décision.

Une lame de 20 cm

Qu’est-ce qui a alors bien pu pousser cet homme à une si violente agression ? Précisons d’abord qu’il ne s’agit pas de sa première mis en cause dans un cas de violence. En mars 2015, il avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour des faits de violence sur conjoint. « Ce samedi, il dit s’être beaucoup alcoolisé et aurait commencé très tôt à consommer de l’alcool, dès le milieu d’après-midi, précise Olivier Naboulet. Avec sa nouvelle compagne, ils sont ensuite sortis en ville et il a continué à boire de l’alcool. En se rendant dans un nouvel établissement, il a aperçu sa victime. Il semblerait que ça ne lui ait pas convenu de croiser son ex-conjointe. »

C’est alors que la soirée prend une tournure dramatique. « Ils ont donc quitté les lieux avec sa compagne. Il y a encore quelques zones d’ombres mais il est allé à son véhicule où il a récupéré un couteau de 30 cm avec une lame de 20 cm. Il est alors revenu sur place avec une extrême conviction, bousculant même certaines personnes sur son passage puis se dirige vers le bar. Il aurait attendu sa victime à la sortie avant de lui porter six coups de couteau debout et au sol dans une scène d’une extrême violence. »

L’intervention héroïque d’un jeune Agenais

De nombreux témoins ayant assisté à la scène, dans ce quartier très animé la nuit, l’un d’entre eux a alors pris la défense de la femme. « Cette intervention d’une tierce personne a été déterminante, affirme le procureur. Il lui a jeté une table pour lui faire lâcher le couteau et le faire partir. On ne peut pas vraiment dire qu’il ait fui car la police l’a vite retrouvé et l’a interpellé sans résistance particulière. » Le commandant François Gaillard, directeur départemental de la sûreté publique, a tenu à saluer la bravoure de cette personne ayant pris la défense de la victime. « C’est un jeune Agenais de 24 ans et il a fait preuve d’un grand courage. Il a sauvé la vie de cette femme. C’est un héros qui, je l’espère, sera récompensé. »

Atteinte à l’épaule, au sein, au cou, au bras et à la hanche, la victime a quant à elle dû subir trois interventions chirurgicales d’ordre cardiologique, abdominale et orthopédique. « Son état reste à très haut risque, a confirmé Olivier Naboulet. Même si nous restons très prudents, il y aurait tout de même eu une évolution positive. Le pré-rapport de l’examen médico-légal a fait état de nombreuses plaies dont certaines étaient très profondes. » A l’issue de sa présentation au juge, le mis en cause devrait quant à lui faire l’objet d’une mise en détention provisoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 7