Villeneuve-sur-Lot : le sujet du Tour de France remis en selle lors du conseil municipal

Lundi soir, les élus villeneuvois ont procédé au vote du budget primitif de la Ville pour l'exercice 2024. Une nouvelle fois, les investissements de la mairie ont été fortement questionnés, notamment au sujet de l'arrivée de la Grande Boucle en juillet prochain.

0 Shares

Comme à son habitude désormais, la municipalité de Villeneuve-sur-Lot s’est attelée en amont de l’année 2024 au vote de son budget primitif à l’occasion du dernier conseil municipal de l’année. Une délibération qui fait suite au débat d’orientation budgétaire effectué le 16 octobre dernier. En matière de temporalité, la mandature de Guillaume Lepers se trouve à mi-mandat et met l’accent sur la réalisation des projets entamés lors du prochain cycle 2024-2026.

Pour rappel, pour ce qui est des grands projets qui seront menés en 2024, la mairie compte : la réfection des tribunes de la Myre-Mory (4M€), la première phase des travaux d’aménagement du boulevard Georges-Leygues (1,5M€), la première tranche des travaux de l’église Sainte-Catherine (934 000€) et la réhabilitation du gymnase de Courbiac (576 000€) pour les plus gros dossiers. En comptant le reste des projets lancés ou en cours de lancement, près de 16M€ d’investissement sont inscrits au budget primitif 2024, financés notamment à 25% par l’épargne brute et 43% par les subventions et les fonds de compensation de la TVA. En somme, les recettes projetées pour 2024 lors de ce du vote de ce budget primitif sont de 34M€ et la capacité de désendettement de 6,3 ans.

Ce dernier élément n’a pas manqué de lancer les hostilités côté opposition par la voix de Frédéric Ladrech : « Vous n’êtes pas de nature à nous rassurer avec votre municipalité. Quand vous faites le choix d’endetter la Ville pour 5,7M€ d’emprunts nouveaux, donc plus de 24M€ de dettes au total, c’est l’équivalent de plus de 1000€ par habitant. Vous prévoyez un PPI (Plan pluriannuel d’investissement) haut mais si vous n’en réalisez que la moitié comme à votre habitude, je ne vois pas à quoi cela servirait de faire espérer aux habitants des travaux qui n’arriveront jamais. »

Un Tour de France pas si rentable pour Villeneuve ?

L’équipe municipale y est habituée aujourd’hui, sa gestion du budget événementiel et animation cause nombreux débats en conseil municipaux. Une nouvelle fois, l’opposition s’y est attaquée, d’autant plus que le passage du Tour de France à Villeneuve-sur-Lot en juillet 2024 est officiel. « Déjà en 2022, j’avais souligné les surestimations des recettes et les dépenses sous-estimées. Là, j’estime carrément que votre facture animation et organisation va exploser cette année, justement à cause de la venue du Tour de France », assure Frédéric Ladrech. Pour rejoindre ses a priori, c’est Estelle Hénault-Blineau, désormais simple conseillère municipale, qui émet des doutes : « Le Tour, c’est un sacré coup de communication certes, mais économiquement ça n’apporte rien. Il faut du temps au temps, des municipalités précédentes auraient pu le faire venir elles aussi mais ont préféré refuser cette idée car c’est un énorme budget à saisir. Pour votre première mandature, vous sautez peut-être les étapes et construisez le toit avant de faire des fondations ».

Le maire Guillaume Lepers a alors tenu à apporter son droit de réponse. « Regardez ce qu’on fait avec un aussi petit budget par rapport à d’autres villes, je remercie les services de faire avec si peu, on ne le fait pas pour se faire plaisir mais pour changer l’attractivité de la ville et son image (…) Pour ce qui est du Tour, c’est faux, les retombées sont énormes. Moi sa venue, j’en suis fier, d’autant plus parce que c’est mon premier mandat. On parle de millions de téléspectateurs, des milliers de visiteurs au niveau des routes. »

2€ gagnés pour 1€ investi

Le sujet des retombées est toutefois à l’ordre des questions du jour, sachant que la candidature de la Ville pour une arrivée du Tour de France nécessite la coquette somme de 130 000€. Petit rappel de la part du premier édile villeneuvois : « Les retombées touristiques sont observées les trois années qui suivent l’événement, mais le ticket d’entrée de 130 000€ est réparti trois parties, la CAGV pour un tiers, l’Office de tourisme aussi et la Ville le reste. Pour les aménagements extérieurs, un bon nombre de routes sont départementales, le reste on avait déjà prévu les travaux sans la venue du Tour sauf pour l’avenue de la Fraternité, dont nous avons avancé le chantier d’un an pour l’occasion. De plus, de ce que l’on observe chez les autres villes ayant accueilli le Tour, c’est que pour 1€ investi, elles ont généré 2€ de retombées directes et à bien plus au global (jusqu’à 9€) avec les observations sur plusieurs années », affirme-t-il pour clôturer les débats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49 − = 48