Transition écologique à Agen : avec Agenticipe, la Ville veut passer la seconde

À Agen, la transition écologique est en marche, impulsée par un triptyque d'actions : décarbonner, réduire et s'adapter. Sous l'impulsion de Clémence Brandolin-Robert, première adjointe au maire en charge de cette transition, la Ville déploie le projet Agenticipe pour informer et engager les citoyens

0 Shares

Décarbonner, réduire et s’adapter. Trois mots qui résument l’accélération de la transition écologique initiée par la Ville d’Agen depuis 2020 et agissent comme les trois axes autour desquels s’articulent les actions initiées par la municipalité. Une transition et des actions portées notamment par Clémence Brandolin-Robert, 1er adjointe au maire en charge de la transition écologique. Afin de promouvoir ces actions, la Ville lance le projet « Agenticipe » afin de mieux promouvoir des projets menés en matière de transition écologique. Elle a pour vocation d’informer les parties prenantes mais aussi d’inscrire ces actions dans une stratégie globale, durable et lisible en les formalisant dans des outils de communication tels qu’un rapport d’engagement, distribué à 25 000 exemplaires et un site internet dédié. « Le but est de donner de la lisibilité, un fil conducteur aux Agenais afin d’appréhender toutes les actions mises en place », explique Clémence Brandolin-Robert. « On met désormais à leur disposition tous les rapports d’études, les documents, les mesures qui nous permettent d’avancer et d’adapter nos actions afin que chacun se sente inclus dans la démarche et constate l’efficacité des actions menées. »

La démarche Agen’ticipe réunit 29 engagements de mandats, chacun suivi par deux à trois indicateurs soit 82 indicateurs au total. Il est question ici d’adopter une vision globale, objectiver et de mesurer l’efficacité des actions menées, comme par exemple : l’ambition de créer des jardins urbains et d’encourager la végétalisation de l’espace urbain pour favoriser la biodiversité en ville et rafraîchir l’été (eng. 50, 51, 52, 61), la promotion d’une mobilité douce et alternative à la voiture individuelle (eng. 65, 66, 67, 68, 70, 7, 74, 76, 77), la valorisation des énergies positives en poursuivant la rénovation du patrimoine municipal et la réduction de consommation d’énergie en accélérant la politique de rénovation des logements (eng. 56, 57, 60, 62) et l’accompagnement des démarches de gestion et de valorisation des déchets, pour gagner en cadre de vie avec la mise en place des points d’apports volontaires et le projet de chaleur urbain qui doit décarboner le territoire (eng. 24, 59)

Quels axes pour quelles actions ?

S’adapter au changement climatique :
Face aux défis posés par le changement climatique, la végétalisation urbaine se positionne comme une solution efficace pour améliorer l’environnement et le bien-être des habitants des quartiers. En effet, les arbres jouent un rôle crucial en générant des zones d’ombre et en contribuant au rafraîchissement de la ville. Leur présence peut abaisser la température de surface jusqu’à 10°C et celle de l’air de 4°C. Sur l’objectif total des 5000 arbres devant être plantés par la Ville, le projet est déjà bien avancé grâce aux différentes réalisations urbaines. « Aujourd’hui, nous avons déjà 4285 arbres plantés », souligne l’adjointe. S’ajoute à ce projet le nouveau permis de végétaliser dont nous parlions déjà il y a quelques semaines dans nos colonnes et qui va consister à permettre aux Agenais de végétaliser leurs façades et devantures. Cependant, s’adapter au changement climatique ne se résume pas uniquement à planter des arbres. Cela implique également de repenser la conception des projets urbains. Ainsi, les nouveaux projets urbains intègrent désormais systématiquement la végétalisation, ainsi que le choix de matériaux favorisant une moindre absorption de chaleur et l’utilisation de revêtements de sol perméables pour faciliter l’infiltration des eaux pluviales. Les décisions concernant ces projets urbains sont désormais orientées par des indicateurs tels que l’Indice de Chaleur Urbaine (ICU) et la perméabilité du sol sur lesquels s’appuie désormais la Ville pour ses objectifs d’aménagement.

Décarboner :
La réduction des émissions de gaz à effet de serre est un enjeu majeur pour la Ville d’Agen. Dans cette optique, les nouvelles mobilités sont une solution clé pour réduire la pollution atmosphérique et sonore. En encourageant les modes de déplacement doux tels que la marche, le vélo ou les transports en commun, la Ville contribue à créer un environnement urbain plus écologique et paisible. De plus, la promotion du covoiturage et de l’autopartage urbain s’inscrit également dans cette démarche de décarbonation des mobilités. Par ailleurs, la municipalité travaille actuellement à la mise en place d’un réseau de chauffage urbain (RCU) alimenté par une énergie de récupération issue de l’incinération des déchets. Cette initiative permettra à de nombreux bâtiments de se passer de leur chaudière à énergie fossile, contribuant ainsi à la décarbonation de la ville.

Réduire pour plus de sobriété :
La sobriété énergétique est un objectif prioritaire pour la Ville. Pour y parvenir, la municipalité s’engage dans le développement des énergies renouvelables, la rénovation des bâtiments et l’optimisation de la gestion de l’eau. Ainsi, elle promeut activement la rénovation des logements anciens du centre-ville par le biais de l’Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat-Rénovation Urbaine ou schéma directeur immobilier. Cette opération, qui concerne les 300 bâtiments de la Ville et de l’Agglo, a pour objectif de questionner la pertinence du parc immobilier de la ville et de diagnostiquer tous les bâtiments avant de réduire les dépenses énergétiques et les dépenses de rénovations. « Pour ce schéma, nous avions mis la priorité sur les écoles », souligne Clémence Brandolin-Robert. Une décision a ensuite été prise en mars 2023 par la Ville : éteindre l’éclairage public entre 23h et 6h du matin, à l’exception des zones placées sous vidéosurveillance mais aussi à passer progressivement sur du 100% solaire grâce à l’installation de mats photovoltaïques. Cette mesure vise à favoriser une consommation plus sobre de l’énergie. Enfin, la Ville d’Agen souhaite également adopter un usage exclusif d’eaux non conventionnelles pour l’arrosage, contribuant ainsi à une gestion raisonnée et durable des ressources en eau. « Nous sommes dans une démarche de réduction de consommation de l’eau potable et des ponctions faites dans Garonne », développe l’élue. « Pour ce faire, nous sommes actuellement sur un projet expérimental de filtre, en partenariat avec l’IFTS, afin de pouvoir utiliser les eaux usées pour les espaces verts et les études de faisabilité sont d’ores et déjà concluantes. » Des études de forage de puits sur Jean-Bru sont d’ailleurs elles aussi en cours d’étude.

La liste complète des actions envisagées et menées par la Ville 

N° d’engagementAction
24Modifier progressivement la collecte des ordures ménagères en cœur de ville
35Faire de nos écoles les ambassadeurs du « bien manger » local
36Faire de nos écoles des acteurs de la transition écologique
43Faire des conseils de quartier de véritables animateurs de la transition écologique
48Planter 5 000 arbres et arbustes sur la ville
49Transformer la place Armand Fallières en véritable parc urbain
50Créer de nouveaux jardins urbains
51Rafraîchir la ville en été
52Favoriser la biodiversité en ville
53Piétonniser les quais du Canal
54Faire de la base fluviale d’Agen un véritable port de plaisance
55Relancer le projet de réhabilitation du seuil de Beauregard
56Construire un nouveau Centre Technique commun à énergie positive
57Poursuivre la rénovation du patrimoine municipal et les travaux d’économies d’énergie
58Basculer progressivement les éclairages en LED
59Créer un réseau de chaleur sur Agen-Sud
60Favoriser la construction d’un écoquartier autour de l’avenue Henri-Barbusse
61Encourager la végétalisation des toitures et des façades
62Accélérer la politique d’incitation à la rénovation de logements
63Rénover les cités Rodrigues et Passelaygues
65Créer une ceinture douce autour du centre-ville
66Faire la voie cyclable reliant le cœur de ville à Passeligne
67Créer une voie coulée verte cyclable à Armandie
68Créer une voie douce sécurisée et végétalisée sur le pont de la Libération
70Déployer des parkings-vélos
73Densifier la desserte du cœur de ville par un réseau de navettes électriques
74Expérimenter un parking-relais (P+R) au centre de Congrès 
76Un réseau de bus attractif, rapide et nerveux
77Favoriser les nouveaux modes de déplacement collectif

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 1 =