Pro D2 : qu’attendre de la fin de saison du SUA LG ?

Froidement défait contre Soyaux-Angoulême, le SU Agen a vu la porte des phases finales quasiment se refermer devant lui. Alors qu'espérer sur les quatre dernières rencontres de Pro D2 ?

0 Shares

Entre les promesses du mois de février et de début mars, et la claque du mois d’avril, il fallait quelque peu se mouiller la nuque. La saison du Sporting, longtemps inquiétante, avait basculé il y a deux mois de la meilleure des manières, mais rattrapé par ses maux, Agen a trébuché en cette fin de saison, bien que l’espoir de le voir se raccrocher au top six était quand même mince. Qu’importe cela, la déconvenue de vendredi dernier a certainement condamné le SUA a finir son exercice 2023/2024, au mieux, dans le ventre mou du championnat. Armandie n’avait alors été pris qu’une seule fois cette saison, mais pas de quoi perturber Soyaux-Angoulême, qui, jouant sa survie en Pro D2, a sonné le groupe suaviste, amorphe, sans réalisme ni créativité. Jamais dans le coup, le SUA a rapidement lâché la rencontre (12-23). Chez les dirigeants comme les entraîneurs, l’amertume s’est emparée de l’ambiance d’après-match : « On est déçu pour les supporters et pour le club. On n’a pas joué notre rugby, c’est inacceptable. On a véritablement vécu un gros échec là, donc maintenant on va devoir gagner pour assurer le maintien ».

Assurer son maintien en premier lieu

Ce n’est encore qu’un scénario « catastrophe », mais il a au moins le mérite d’exister et c’est bien pour cette raison que Dave Ryan et les siens évoquent le maintien. En effet, le SUA (56 points) possède 11 points d’avance sur Montauban (45 points), 15ème et donc en place pour disputer un barrage d’accession/relégation à la Pro D2. Pour ce qui est de Rouen, lanterne rouge, le compte est à 43 points.

Pour s’éviter une telle dégringolade, une victoire suffirait. Et le prochain adversaire sur le chemin des Lot-et-Garonnais est Valence-Romans ce vendredi. Bonne ou mauvaise nouvelle, les Drômois sont dans le même cas de figure que leur prochain adversaire. Et visiblement, les clubs qui jouent leur survie en Pro D2, ce n’est pas la tasse de thé des Agenais. Précisons aussi que la rencontre se jouera à l’extérieur, un domaine où le SUA n’a su briller qu’à une reprise depuis le début de la saison. Sans sursaut d’orgueil, l’addition pourrait se faire salée. Alors si le club « n’avait pas appris les leçons du match de Colomiers », comme le regrette Dave Ryan, espérons au moins qu’il ait appris celles du match d’Angoulême…

Se permettre de préparer la prochaine saison

Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, le mercato du SUA est aujourd’hui est connu de tous. Une grande partie des recrues a déjà été annoncée, de même pour la majorité des joueurs quittant l’effectif à l’issue de la saison et enfin les joueurs prolongés. Pour les quatre derniers matchs de la saison et si le scénario ne se dramatise pas pour les Agenais, il semble alors assez logique de donner du grain à moudre aux joueurs qui porteront encore la tunique des « Bleu et Blanc » l’an prochain.

La semaine dernière, nous avons déjà pu observer la paire Garrigues-Muscarditz qui pourrait bien être important dans quelques mois en attendant le retour de Kolinio Ramoka. Dans cette lignée, certains jeunes pourraient aussi « gratter » un peu de temps de jeu supplémentaire, à l’image de Pierre Jouvin ou Romain Darchen, Inoke Nalaga… Aujourd’hui, le SUA pourra presque se permettre d’organiser sa fin de saison comme il le souhaite, donc il sera intéressant de voir les choix de Dave Ryan, Barry Maddocks et Adel Fellah. La prochaine ossature de l’équipe pourrait bien se dessiner rapidement, plutôt qu’attendre le mois d’août.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 5